Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Blog

  • : Nutrition pour le bien-être et la performance
  • Nutrition pour le bien-être et la performance
  • : Ras-le-bol des régimes "yoyo" ? Besoin de perdre du poids sans vous affamer ? Vous êtes à la recherche de recette minceur ? Vous ne savez pas comment vous alimenter pour votre pratique sportive ? Alors ce blog est fait pour vous !!
  • Contact

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 09:00

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a évalué les bénéfices et les risques liés à la consommation des produits de la pêche en prenant en compte l’actualisation des repères nutritionnels du programme national nutrition santé (PNNS). De ce travail découle donc des recommandations en terme de consommation des produits de la mer, d’eau douce, des mollusques, des crustacés et des produits dérivés du poisson, sur les plans nutritionnel et des risques microbiologique ou physico-chimique. 

Les recommandations de consommation : les produits de la pêche
  Population générale Fillettes et adolescentes Femmes en âge de procréer Femmes allaitantes Femmes enceintes, enfants de moins de 3 ans Autres personnes sensibles (personnes âgées, immunodéprimées…)
Recommandation générale Consommer 2 portions de poissons par semaine, dont une à forte teneur en EPA et DHA (saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée), en variant les espèces, les lieux d’approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche…) et les modes de conservation (frais, surgelé, fumée, conserve…)
Poissons d’eau douce fortement bio-accumulateurs (anguille, barbeau, brême, carpe, silure) A limiter à 2 fois par mois

A limiter 1 fois tous les 2 mois 

 

A limiter à 2 fois par mois
Poissons prédateurs sauvages (lotte, loup, bonite, anguille, empereur, brochet, dorade, raie, thon…) Pas de recommandation spécifique A limiter Pas de recommandation spécifique
Espadon, marlin, siki, requin et lamproie A éviter
Mesures spécifiques d’hygiène à respecter
  • Cuisson à cœur du poisson de mer frais ou congélation pendant 7 jours dans un congélateur domestique après éviscération rapide du poisson pêché pour une consommation crue
  • Eviter la consommation de coquillages, s’ils ne proviennent pas d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée
  • Consommation des coquillages et fruits de mer crus dans les deux heures qui suivent la sortie du réfrigérateur
  • Eviter la consommation de poissons crus ou insuffisamment cuits et de poissons fumés
  • Eviter la consommation de coquillages crus ou peu cuits
  • Eviter la consommation de crustacés décortiqués vendus cuits (cuire soi-même les crustacés)

 

Les recommandations de consommation : les produits de la pêche

 

Explications

 

Il est recommandé de manger du poisson deux fois par semaine pour bénéficier des effets bénéfiques des acides gras polyinsaturés. Cependant il est important de limiter l’apport à cause des niveaux de contamination des poissons en dioxines, MeHg (Méthylmercure) et PCB (Polychlorobiphényle) dont l’action toxique sur le système nerveux central est très important pendant la période périnatale.

La consommation de poissons prédateurs sauvages doit-être limitée à titre de précaution, celle de l’espadon, du marlin, de la dorade, du siki, du requin et de la lamproie en raison du risque lié au MeHg.

Tous les produits de la mer et des rivières peuvent être contaminés par des microorganismes pathogènes (humains, animales, hydriques, telluriques). Les coquillages, lors du filtrage de l’eau peuvent contenir de grandes quantités de bactéries, virus, parasites surtout en zone polluée. Ces agents biologiques sont en grande majorité éliminés par la cuisson, les risques de contamination existent donc principalement pour des aliments crus, peu cuits ou recontaminés après la cuisson. Pour limiter les risques il vous faudra :

 

  • Respecter la chaîne du froid, la température de conservation (4°C), la durée de conservation et de prévenir les transferts de contamination (hygiène du réfrigérateur, lavage des mains, nettoyage des ustensiles et surfaces…).
  • Congeler les poissons crus pendant 7 ours pour détruire les parasites.
  • Consommer des coquillages provenant d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée.

Enfin pour les personnes les plus sensibles et les femmes enceintes, il est conseillé de ne pas consommer de poissons ou fruits de mer crus ou peu cuits ou les produits les plus souvent contaminés par la Listeria monocytogenes pour éviter les risques de listériose, donc éviter : les produits fumés conservés au froid, les coquillages crus, les poissons crus et produits à base de poisson cru et les crustacés décortiqués vendu cuits (préférable de les cuire soi-même !).

Partager cet article

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Votre santé
commenter cet article

commentaires

moncoach.com 10/05/2016 17:06

Merci pour cet article.