Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma Présentation

  • dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance
  • Amicissement, équilibre, performance
  • Amicissement, équilibre, performance

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 09:00

A l’heure des nombreux scandales alimentaires et de la prise de conscience de notre empreinte sur l’environnement, la tentation de changer ses habitudes alimentaires et de mieux choisir ses aliments en se tournant vers les aliments biologiques est grande !

Mais que signifie agriculture biologique ? L’agriculture biologique est-elle vraiment mieux que l’agriculture conventionnelle ? Doit-on manger absolument tous nos aliments bio ou certains sont-ils moins riches en pesticides ? Nous allons faire un tour d’horizon pour y voir plus claire !

L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)

Qu’est-ce que le bio ?

 

Le « bio » est le diminutif du mot biologique qui signifie « science de la vie », cette appellation renvoie donc à tous les aliments issus de l’agriculture biologique. Cette agriculture fait appel à des techniques respectueuses de l’environnement et des animaux en suivant un cahier des charges très stricts. L’agriculture bio favorise les matières premières naturelles et bannit l’utilisation des engrais, des pesticides et des additifs. Chaque année les producteurs bio subissent des contrôles d’inspection pour vérifier leur conformité et ainsi assurent aux consommateurs que les produits sont bien issus de l’agriculture biologique et qu’ils ne nuisent ni à l’environnement ni aux animaux. Les produits de cette agriculture, pour obtenir un label bio ne doivent contenir aucun édulcorant, exhausteur de goût, additif, conservateur, OGM ou produit chimique. Il existe différents labels :

  • Le label AB : Agriculture Biologique crée en 1985 et appartenant au ministère de l’agriculture, c’est la marque officielle du bio français. Ce label est attribué aux éleveurs et agriculteurs qui en font la requête auprès d’organisme certificateur qui se basent sur le cahier des charges européen de l’agriculture biologique. Ce label est attribué aux aliments de provenance animale ou végétale contenant au moins 95% de produits biologiques, ce qui induit des cultures sans utilisation de pesticides et une alimentation animale composée de céréales et d’herbes sans pesticides et sans OGM. En outre l’utilisation de médicaments doit-être limité et les animaux doivent avoir accès à un espace en plein air. 0,9% d’OGM sont autorisés dans les produits AB et ce sans précision sur l’étiquette.
L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)
  • Le label Européen d’agriculture biologique : créé en 2009 et obligatoire sur les produits originaires des Etats membres de l’UE depuis 2010. Le cahier des charges de ce label est identique à celui du label AB, de la même façon des contrôles annuels ainsi que des visites imprévues ont lieu pour s’assurer du respect de ce dernier. Cependant ce label autorise à l’agriculteur la mixité des exploitations, donc une exploitation pouvant cultiver du bio et du non-bio.
L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)
  • Le label Bio Cohérence a été créé en 2010 en réaction à la disparition du cahier des charges bio français suite à l’harmonisation des cahiers des charges européens. En effet la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique estime le label de l’UE trop laxiste et s’est donc associée aux magasins Biocoop, ProNatura et Biomonde et aux éleveurs bio de France pour proposer un cahier des charges plus exigeant. Ainsi il s’applique à des produits 100% issus de l’agriculture bio, la mixité des exploitations y est interdite, la présence des OGAM est limitée à 0,1% et l’alimentation des animaux herbivores doit-être produite à 80% par la ferme et à 50% pour les porcs et volailles.
L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)
  • Le label Nature & Progrès : issu d’une association de consommateurs et d’acteurs du monde agricole à partir de 1971. Tous les ans, le contrôle des productions sont réalisés par un consommateur et un producteur qui vérifie le cahier des charges prônant la mixité des cultures et proscrivants toute présence d’OGM. L’alimentation des porcs et des herbivores doit-être produite à 50% par la ferme et les exploitations ne doivent pas être localisées à moins de 500 mètres des grands axes routiers ou à proximité d’exploitations polluantes.
L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)
  • Le label Demeter : marque international créée en 1954 et attribué aux produits de l’agriculture biodynamique basée sur le respect des mois et des rythmes naturels. Le cahier des charges de ce label se base sur le cahier des charges européens et y ajoute la non-mixité des cultures, l’utilisation des engrais naturels pour vitaliste les sols et l’alimentation des sols doit-être produite à 80% par l’exploitation.   
L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)

D’autres labels hors UE existent, en effet le bio étant de plus en plus prisé en France, il représente aujourd’hui 4% de l’alimentaire français, progressant de 16% en un an. L’agriculture bio française ne suffit donc pas à satisfaire toute la demande, 30% des aliments bio vendus dans notre pays proviennent de l’étranger et pas seulement de l’Union Européenne. Ainsi les produits provenant des pays hors UE, ne possèdent pas les labels présentés précédemment, mais peuvent bénéficier « d’un accord d’équivalence » si leur réglementation nationale bio se rapproche de celles des textes européens.

 

Les bienfaits des aliments bio

 

Pour connaître l’impact des aliments bio sur notre organisme, une étude a été menée par Greenpeace Japon au sein de deux familles japonaises, chacune avec deux enfants. Ces familles ont changé leur régime alimentaire pendant 10 jours en bannissant totalement de leur alimentation les aliments contenant les pesticides alimentaires. Des échantillons d’urine ont été collectés au début et à la fin de la période pour comparer le niveau de pesticide dans l’organisme de chaque membre des deux familles, résultats : chez toutes les personnes les pesticides ont quasiment disparu de l’organisme. Ainsi manger des aliments bio dépourvus de pesticides est un moyen efficace de réduire la quantité de ces derniers dans notre organisme. Des études similaires avaient été réalisées en Suède en 2015 et 2016 et avaient montré des résultats similaires. Le bio est donc efficace pour diminuer notre ingestion de pesticide.

L'alimentation bio, c'est vraiment mieux ? (partie 1)

L’alimentation bio est associée à de nombreux bienfaits, si certains sont prouvés scientifiquement, d’autres pourraient relever de simple supposition :

  • Manger bio permet de consommer moins de pesticides et de métaux lourds. Des rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Food and Agriculture Organization ont montré des teneurs moindre en nitrates et en résidus de pesticides pour les produits issus de l’agriculture bio par rapport aux produits issus de l’agriculture traditionnelle. Et cela ce vérifie dans les urines ! Les agriculteurs du bio remplacent les pesticides et produits chimiques par des biopesticdes : micro-organismes ou produits naturels comme le cuivre ou le souffre… moins dangereux pour la santé et l’environnement.
  • Manger bio c’est bon pour l’environnement. L’agriculture biologique préserve les sols et limite leur érosion. L’utilisation de matières organiques animales et végétales ainsi que l’alternance des cultures sur un même parcelle permet de préserver la biodiversité et l’aération des sols. Enfin ce mode d’agriculture permet de limiter l’utilisation de l’eau.
  • Manger bio c’est consommer moins d’OGM. Selon le label les produits bio contiennent au maximum entre 0,1 et 0,9% d’OGM.
  • Manger des viandes bio permet d’être moins exposé aux antibiotiques et aux bactéries résistantes. En effet dans l’agriculture conventionnelle les élevages sont soumis à une utilisation prophylactique des traitements antibiotiques ce qui rend les bactéries multi-résistantes et donc insensibles à ces traitements. L’agriculture bio recommande de réserver ces médicaments pour le traitement d’infection uniquement.
  • Manger bio permet de consommer du lait plus riche en oméga 3 et de diminuer le risque d’allergies chez les jeunes enfants. En 2012 une équipe de recherche a analysé les résultats de 13 études portant sur la composition d’aliments bio ou non. Une différence majeur a été relevée dans le lait avec en moyenne 60% d’oméga 3 en plus pour le lait bio. Suite à cela des scientifiques hollandais ont cherché à savoir si cela pouvait avoir un impact sur la santé des enfants. Ils ont alors suivi 2700 enfants entre leur naissance et leurs 2 ans et il s’avère que dans les familles consommant des produits laitiers et des viandes bio, les enfants présentaient moins de risques de développer des allergies et de l’eczéma.

Partager cet article

Repost0

commentaires