Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma Présentation

  • dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance
  • Amicissement, équilibre, performance
  • Amicissement, équilibre, performance

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 10:00

A l’heure où les composants de notre environnement font l’objet du nombreuses suspicions vis-à-vis de notre, les aliments ne font pas exceptions. Nous avons pris l’habitude de nous méfier de tout : du sucre, du gras, du bio, des pesticides… et des additifs ! Ces derniers sont le sujet de très nombreuses études visant à montrer leur innocuité ou leur dangerosité pour notre santé. Alors qu’en est-il, de quels additifs doit-on se méfier, existe-t-il un seuil à ne pas dépasser ?

Les additifs alimentaires à éviter

Définitions et repères

 

L’additif alimentaire est une substance habituellement non consommée comme aliment et non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l’alimentation. Cette substance possède ou non une valeur nutritive et est ajoutée de manière intentionnelle aux denrées alimentaires dans un but technologique au stade de leur fabrication, transformation, préparation, traitement, conditionnement, transport ou entreposage.

 

Les additifs alimentaires sont référencés dans l’Union Européenne par la lettre E suivie de 3 ou 4 chiffres puis de 3 ou 4 chiffres. Le premier de ces trois ou les deux premiers de ces quatre chiffres précisent se fonction :

  • E1XX : colorant
  • E2XX : conservateur
  • E3XX : antioxydant
  • E4XX : agent de texture comme les émulsifiants, les épaississants, les gélifiants…
  • E5XX : acidifiant
  • E6XX : exhausteur de goût
  • E9XX : édulcorant
  • E14XX : amidon et amidon modifié.

 

Ces catégories ne sont pas exactes pour les produits biologiques. En effet certains conservateurs sont aussi des acidifiants, ainsi le sorbitol, édulcorant est codé E420 (code pour un agent de texture), la lécithine, émulsifiant est codé E322 (code pour un antioxydant)… Cependant seuls 45 additifs sont autorisés dans les produits biologiques et la plupart sont d’origine naturelle et sont indispensables à la préparation ou à la conservation des aliments.

 

Avant de pourvoir être utilisé, un additif doit respecter plusieurs règles :

  • Réussite au test d’évaluation toxicologique approprié,
  • Sa dose doit respecter la dose nécessaire pour atteindre l’objectif visé et en aucun ne la dépasser,
  • Apport d’un bénéfice au consommateur,
  • Autorisé par les autorités concernées,
  • Aucune teneur dangereuse en éléments chimiques,
  • Respecter la Dose Journalière Admissible fixée par l’OMS, qui représente la quantité moyenne d’additif pouvant être consommée chaque jour dans l’alimentation au cours de la vie.

En outre, en France, les additifs ne peuvent-être utilisés que dans les conditions dictées par un arrêté. Ce dernier fixe :

  • La liste des additifs autorisés,
  • Les conditions d’incorporation, les doses et les concentrations maximales,
  • Les critères d’identité et de pureté des additifs,
  • Les catégories d’appartenance des additifs.
Les additifs alimentaires à éviter

Zoom sur quelques additifs

 

Les agents conservateurs (E200 – E299)

 

Les conservateurs chimiques ont pour but d’assurer :

  • L’innocuité de l’aliment en limitant le développement de microorganisme pathogène et la production de leur toxine,
  • La stabilité organoleptique de l’aliment en inhibant les microorganismes d’altération.

Les additifs sont alors antibactériens lorsqu’ils inhibent les bactéries ou antifongiques lorsqu’ils inhibent les champignons. Ils sont utilisés à dose limitée sur des aliments sains, en effet ils ne détruisent pas les bactéries, mais protègent le produit de leur apparition pour allonger la durée de vie de l’aliment auquel ils sont ajoutés.

 

Les agents conservateurs sont divisés en plusieurs groupes :

. Le dioxyde de souffre et ses dérivés (E220 – E228) : actifs sur les bactéries et les moisissures, utilisés pour lutter contre le brunissement du produit et ajoutés à des produits épluchés comme la pomme de terre ou les aliments destinés à la conserve. On les retrouve aussi dans les jus de fruits, marmelades et gelées. L’inconvénient de ces additifs réside dans leurs composés sulfités qui détruisent jusqu’à 45% de la vitamine B1 du produit.

. L’acide ascorbique et ses sels (E200 – E203) : acides gras actifs sur la plupart des microorganismes et les moisissures, incorporés en traitement de surface ou dans l’emballage. Ils ne présentent aucuns problèmes toxicologiques. On en retrouve dans les pâtisseries, biscuits, crème glacée…

. L’acide benzoïque et ses dérivés (E210 – E219) : antifongiques. Le benzoate de sodium (E211) est actif contre la listéria. L’ensemble de ces additifs sont utilisés dans les betteraves cuites, les préparations à base de fruits, et les boissons gazeuses light ou normales.

. Le nitrate et les nitrites (E249 – E252) : le nitrate de sodium (E251) et le nitrate de potassium (E252) sont utilisés dans la fabrication des fromages et dans les produits de salaison et de fumaison, ce qui leur confère leur couleur rose par transformation de la myoglobine. Ils agissent contre les staphylococcies aureus et luttent contre la prolifération des bactéries. Ces additifs présentent une toxicité directe pour les nourrissons, à cause de la transformation de l’hémoglobine, et une toxicité indirecte, en s’ajoutant au nitrate des engrais et des végétaux ces additifs peuvent induire la formation de nitrosamines cancérigènes. Ainsi le taux d’additifs de nitrate autorisé dans la fabrication des produits  à base de viande à été réduit en 2004.

. L’anhydride carbonique (E290) : inhibe fortement les bactéries aérobies responsables de l’altération des aliments et présente une action importante contre les moisissures. Utilisé dans la conservation des boissons plates, gazeuses, alcoolisées et sans alcool.

. Les fongicides de surface (E231 – 233) sont utilisées en aérosol pour un traitement de surface qui permet la destruction de la moisissure des fruits. Ils ne présentent pas de toxicité à une concentration de 1g/kg, mais au-delà…

 

Les antioxydants ou antioxygènes (E300 - E399)

 

Les antioxydants ont, comme leur nom l’indique, pour objectif de limiter l’oxydation des fruits et légumes (limiter le brunissement et augmenter le temps de conservation) et des corps gras (limiter le rancissement, le mauvais goût et la formation d’éléments toxiques). Là encore cette famille d’additifs comprend plusieurs groupes :

. L’acide ascorbique, ses sels de sodium et de calcium et son dérivé (E300 – E304) : utilisés pour les préparations de fruits et légumes, de viandes hachées réfrigérées et pour les confiseries.

. Les tocophérols (E306 – E309) : ajoutés aux matières grasses industrielles, aux corps gras allégés, aux huiles essentielles et aux arômes. Ils protègent ses aliments de l’oxydation et ne présentent pas de DJA (dose journalière admissible) car certains (E306 et 307) font partie du groupe vitaminique E.

. Les antioxygènes phénoliques (E310, E312, E319, E320, E321) : ajoutés aux corps gras industriels entrant dans la composition de nombreux aliments déshydratés.

 

Les additifs à ne pas consommer

 

Cette liste a été publiée par le magazine 60 millions de consommateurs en prenant en compte les additifs les plus problématiques à cause de leurs risques avérés ou suspectés pour la santé.

Les additifs alimentaires à éviter

Comment éviter d’en consommer

 

Faites attention aux produits « light », les sucres sont remplacés par des édulcorants et les graisses par des agents de texture ou des émulsifiants.

 

Apprenez à repérer les catégories d’additifs. Leur présence est obligatoirement notifiée dans la liste des ingrédients par catégorie (colorant, conservateur, antioxydant, émulsifiant, épaississant, gélifiant, acidifiant, exhausteur de goût, édulcorant…) suivie du code ou du nom de l’additif.

 

Evitez les produits trop transformés (cf. NOVA, une nouvelle étoile est née ?). En préférant les aliments frais, nature ou surgelés aux denrées en conserves.

 

A l’heure de mettre des produits dans votre chariot, lisez et comparez les étiquettes en faisant confiance aux produits présentant la liste d’ingrédient la plus courte et en évitant les produits contenant des ingrédients que vous ne trouverez pas dans votre cuisine.

 

Limitez les sodas, les confiseries, les biscuits ultratransformés… ces produits sont bien souvent riches en sucres, en additifs, en colorants et très pauvres éléments nutritifs.

 

Faites attention aux aliments provenant des rayons traiteurs et pâtisserie des grandes surfaces. Ces étals ne sont pas gages de produits « fait maison », les additifs y sont parfois très présents. Vérifiez les étiquettes !

 

Faites confiance aux produits biologiques présentant le logo AB, les additifs autorisés, sont limités et d’origine naturelle.

 

Par principe de précaution, évitez de multiplier la consommation de produits contenant des additifs lors d’une même journée. En effet, les doses journalières admissibles sont respectées pour une portion d’un aliment donnée, pas lors de la combinaison de plusieurs aliments !

 

Attention au « tract de Villejuif », liste d’additifs prétendument dangereux et prétendument publiée par l’hôpital de Villejuif. Cette liste est fausse et erronée, ne la faites pas circuler et prévenez la personne qui vous l’a communiquée.

Partager cet article

Repost0

commentaires