Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ma Présentation

  • dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance
  • Amicissement, équilibre, performance
  • Amicissement, équilibre, performance

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 09:00

Les repères alimentaires, le rapport avec les aliments, les goûts, les habitudes nutritionnelles, l’image corporelle… tout cela se développe et s’apprend au cours de l’enfance. Les parents ont ainsi la lourde tâche d’aider leurs enfants à grandir de façon harmonieuse en prenant plaisir à manger, en gardant à l’esprit que l’alimentation est un besoin vital et que les notions de faim et de satiété doivent rester les signaux principaux de régulation de leur alimentation. Alors quoi dire ou non pour accompagner son enfant dans son alimentation ?

Parler d'alimentation à son enfant, quels mots choisir ?

A garder à l’esprit en tant que parent

 

 

En tant que parent, plusieurs règles doivent guider vos conseils alimentaires :

  • Les repas, les collations, les aliments, manger en général ne doit être ni une sanction ni une récompense. S’alimenter est un acte vital permettant de bien grandir, de se construire, de rester en forme et en bonne santé.
  • Les parents doivent servir d’exemple. Les enfants reproduisent les actes de leurs parents, si vous ne mangez pas de brocoli, ne vous attendez pas à ce que votre enfant les consomme sans rien dire !
  • Le repas doit être un moment calme, de partage, de discussion. Donc un moment agréable, assis à table, en famille et sans écran. Pas de téléphone, de télé ou de dispute.
  • Quelques règles diététiques doivent revenir à chaque repas pour mettre en place les bases de l’équilibre alimentaire. Un repas doit être composé de 3 plats (entrée + plat + fromage et/ou dessert) et comprendre un aliment de chacune des familles alimentaires : légumes, féculents, protéines, produits laitiers et fruits.
  • Attention aux remarques associant aliments, bon/mauvais, poids, bien/pas bien… Certaines paroles peuvent marquer les enfants plus qu’on ne le croit et entraîner un dérèglement des comportements alimentaires, un rejet de certains aliments ou un stress vis-à-vis de son propre poids/corps.
Parler d'alimentation à son enfant, quels mots choisir ?

Quoi dire ?

 

 

. « Si tu es sage on lira une histoire » à la place de « si tu es sage tu auras du dessert ». Votre enfant associera les aliments plaisirs (sucre, gras, friandises, bonbons, gâteaux…) à une récompense, une réponse lors d’une situation difficile ou inconfortable, une solution lors d’une contrariété. Ce fonctionnement risque d’avoir un impact sur ses comportements alimentaires et à l’âge adulte, la compensation par la nourriture lors de stress risque de poser problème. Il existe de nombreuses autres façons de récompenser l’enfant sans troubler son alimentation. Votre enfant prendra autant de plaisir (voir plus) à partager un jeu, une promenade ou une histoire avec vous plutôt qu’à manger un gâteau seul !

 

 

. « Goûte un petit bout au moins », « Prend juste un petit morceau » à la place de « Fini ton assiette sinon tu ne sortiras pas de table ». Obliger votre enfant à finir son assiette lui donne comme information qu’on arrête de manger une fois l’assiette vide pas quand on a plus faim. Si votre bambin rechigne à finir son assiette parce qu’il n’a plus faim, vous le forcer à outrepasser le signal de satiété que lui envoie son corps, à termes il risque de ne plus y faire attention du tout et pourrait prendre du poids en mangeant trop. En revanche s’il n’y touche pas parce que c’est un aliment nouveau vous pouvez lui proposer de goûter seulement un morceau pour appréhender cette nouvelle texture ou ce nouveau goût, c’est seulement au bout de 10 fois qu’un enfant apprivoise un aliment qu’il rejetait. Il faudra donc vous armer de patience et lui représenter plusieurs fois. Enfin s’il ne le mange pas parce qu’il n’aime pas, vous pouvez lui proposer des quantités moins importantes, et lui proposer en début de repas pour vous assurer que la satiété n’est pas atteinte avant de finir la quantité proposée.

Parler d'alimentation à son enfant, quels mots choisir ?

. « Les biscuits sont bons, mais d’autres aliments existent pour le goûter » plutôt que « Ne reprends pas du gâteau sinon tu vas grossir ». L’obsession de la minceur, du poids, la peur de grossir entraîne notre société à classer les aliments : bons ou mauvais, gras ou sucré…. En stigmatisant un aliment devant votre enfant vous pouvez à nouveau dérégler ces comportements alimentaires en créant des interdictions, ce qui pourra générer d’importants excès ou restrictions. Il est donc préférable d’expliquer que les biscuits, les viennoiseries, les pâtisseries et les gâteaux sont des aliments plus gras et/ou plus sucrés que d’autres desserts comme les fruits, les produits laitiers, le pain, les compotes… et qu’on préfère les garder pour le dimanche ou les occasions. Apprenez à vos enfants la variété : pour le goûter un jour un morceau de fromage sur du pain, le jour suivant un fromage blanc mélangé à une compote et quelques céréales complètes du petit-déjeuner, puis le jour suivant un morceau de chocolat avec une tranche de pain de mie, puis le jour suivant un verre de lait avec une banane puis le jour suivant un morceau de tarte aux pommes avec un petit-suisse… L’équilibre alimentaire se construit sur plusieurs jours et dans la variété !

 

 

. « Huuuum un régale cette salade de fruits », « Goûte ce chou-fleur, il est excellent » ou encore « Miam-miam des épinards » plutôt que « Mange 5 fruits et légumes par jour, c’est bon pour la santé ». Vous risquez d’avoir rapidement comme réponse « C’est quoi la santé ? », cette notion est encore un peu abstraite pour les enfants, en outre les aliments ne doivent pas être réduits à une somme de vitamines et de minéraux ou de « médicaments », tous les aliments doivent rester un plaisir ! A vous donc de faire jouer votre imagination : sous quelles formes présenter les aliments, quels assaisonnements ajouter… Une pomme découpée en cube et piquée sur une brochette deviendra vite plus intéressante à manger, une carotte découpée en bâtonnets à tremper dans une sauce fromage se transformera en une entrée amusante, une compote de pomme tiède saupoudrée de pépites de chocolat sera rapidement plus appétissante… Votre défi est d’intriguer les sens de vos enfants pour attiser leur envie de passer à table.

 

Pour plus d'informations sur l'alimentation équilibrée de vos enfants, suivez le lien suivant : Le guide nutrition des enfants et des adolescents

Partager cet article

Repost0

commentaires