Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog

  • : Nutrition pour le bien-être et la performance
  • Nutrition pour le bien-être et la performance
  • : Ras-le-bol des régimes "yoyo" ? Besoin de perdre du poids sans vous affamer ? Vous êtes à la recherche de recette minceur ? Vous ne savez pas comment vous alimenter pour votre pratique sportive ? Alors ce blog est fait pour vous !!
  • Contact

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 09:00

L’équilibre alimentaire en été

Vous avez fait un écart, un excès, vous avez bu un peu plus d’alcool que d’ordinaire ? Rien n’est irrémédiable, mais ne remettez pas votre équilibre alimentaire à demain ! L’objectif de l’été ne doit pas être de perdre 6kg en deux mois, mais plutôt de parvenir à stabiliser son poids. En effet, on se fixe bien souvent des objectifs trop élevés, et lorsque l’on s’aperçoit que les résultats ne sont pas là, on se décourage vite, pire on remet sa perte de poids à plus tard, et nos bonnes résolutions se terminent en prise de poids. En été il sera donc préférable de se fixer des objectifs raisonnables (2kg maximum par mois) ou bien simplement de stabiliser son poids en se remettant progressivement à une activité physique, puis voir lors de la reprise d’un rythme « normal » en septembre s’il est possible d’accélérer légèrement cette perte de poids.

Ainsi, le lendemain, ou à la suite d’un écart : ne sautez pas de repas, réduisez les quantités de protéines et de féculents, privilégiez les protéines maigres (poisson ou viande blanche), évitez les matières grasses, privilégiez des produits laitiers maigres (yaourt au lait demi-écrémé) et augmentez la part de légumes. Vous pouvez aussi compenser en vous ajoutant une séance sportive (footing, renforcement musculaire, promenade à vélo…).
 

Gérer son poids en été (partie 2)

L’alimentation équilibrée de l’été : entre vos invitations et apéritifs, maintenez un équilibre alimentaire régulier pour aider votre corps à éliminer les graisses et à ne pas stocker lors de vos excès. Votre équilibre alimentaire doit ressembler à cela :


    - Au petit-déjeuner : 1 ou 2 fruits, 1 yaourt ou 1 petit verre de lait demi-écrémé ou 40g de fromage, 2 à 4 tranches de pain, beurre et miel ou confiture. 
    - Au déjeuner : crudités et/ou cuidités dans la moitié de votre assiette, féculent dans un quart de votre assiette, une portion de protéine de la taille de votre paume de main, 1ou 2 fruits, 1 yaourt ou 40g de fromage et un peu de matières grasses pour la cuisson ou l’assaisonnement.
    - Au dîner : même chose que le midi, mais sans matières grasses et en réduisant les portions de féculents et de protéines.

 

S’il fait trop chaud et que vous avez moins d’appétit, vous pouvez réduire les quantités de féculents du midi (100g minimum) et les supprimer le soir. Le midi vous pouvez aussi supprimer votre portion de produit laitier et/ou de fruit et les garder pour une collation dans l’après-midi, vous devez au minimum consommer 2 fruits et 2 produits laitiers par jour. Enfin n’oubliez pas de boire régulièrement pour vous aider à réguler votre appétit et bien éliminer.

Gérer son poids en été (partie 2)

Les recettes de sauces pour accompagner vos repas estivales sans excès

A l’apéritif :


Sauce pour tremper : bâtonnets de carottes, céleri blanche, concombres, radis noir, radis rose, feuilles d’endives, chou-fleur cru, champignon de Paris crus, tomates cerises, bâtonnets de biscottes (type Cressini), et bien d’autres choses encore !!

Sauce au bleu : 4 cuillères à soupe de fromage blanc 20% + 50g de fromage bleu. Mixer, écraser et mélanger à la fourchette.
Sauce au chèvre frais (ou Feta) : 4 cuillères à soupe de fromage blanc 20% + 50g de chèvre frais ou Feta + Ciboulette ou persil + Ail. Mixer, écraser et mélanger à la fourchette.


Coulis de tomate à la provençale : Cuire (sans matières grasses) : 1 poivron, 1 oignon, 2 gousses d’ail, 4 tomates sans peau, persil, sel, poivre. Laisser réduire à feu doux le plus longtemps possible. Mixer. Consommer froid ou chaud.


Caviar d’aubergines : cuire 2 aubergines entières (peau lavée et sans la queue) au four 30 min à 210°C. Vérifier la cuisson en plantant un couteau dans la chair. Une fois cuites, les vider. Mixer la chair avec 2 gousses d’ail + persil + sel + poivre + jus d’1/2 citron. Mettre 2 heures au réfrigérateur avant de consommer.


Tarama « Maison » : 2 cuillères à soupe d’œufs de lumps + 4 cuillères à soupe de fromage blanc 20% + jus d’1/2 citron. Réserver 2 heures au réfrigérateur avant de consommer.

Gérer son poids en été (partie 2)

Pour l’accompagnement de vos plats :


Sauce vinaigrette allégée : Mélanger 1 cuillère à soupe de moutarde + 2 cuillères à soupe de vinaigre + 3 cuillères à soupe d’huile + 3cuillères à soupe d’eau + 1 pincée de sel + 1 pincée de poivre.


Sauce vinaigrette sans matières grasses : Mélanger 1 cuillère à soupe de moutarde + 2 cuillères à soupe de vinaigre + 3 cuillères à soupe d’eau et/ou 2 cuillères à soupe de jus de citron.


Sauce vinaigrette à base de fromage blanc : Mélanger 1 cuillère à soupe de moutarde + 3 cuillères à soupe de vinaigre + 3 cuillères à soupe de fromage blanc à 20% + 6 cuillères à soupe d’eau + 1 pincée de sel + 1 pincée de poivre. Variantes : rajouter du concentré de tomate ou de la sauce soja ou des herbes aromatiques. Remplacer le fromage blanc par du yaourt nature. Remplacer la moutarde par de la moutarde à l’ancienne. Varier les vinaigres ou le remplacer par du jus de citron.


Sauce béchamel allégée : Mélanger à froid 400 ml de lait écrémé ou ½ écrémé avec 2 cuillères à soupe de maïzena ou de farine afin d’éviter les grumeaux. Une fois la maïzena diluée dans le lait, chauffer dans une casserole à feu doux en remuant régulièrement. Quand la préparation commence à épaissir et à former une crème, retirer la casserole du feu. Saler et poivrer selon votre convenance.


Sauce citron : Arroser simplement vos légumes ou crudités d’un jus de citron fraîchement pressé, auquel vous pouvez ajouter du persil.

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Recettes Trucs et astuces
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 09:00

Une idée reçue veut que perdre du poids en été soit plus facile, il y a plus de fruits, plus de légumes, les jours sont plus longs il est donc plus facile de sortir faire du sport ou une promenade le soir… Alors qu’en hiver il y a peu de fruits et légumes, il fait froid, il fait nuit tôt, on ne sort pas pour bouger…
Mais avez-vous pensez que l’été on mange plus souvent à l’extérieur, les apéritifs entre amis et les barbecues sont eux aussi plus nombreux. En été il existe de nombreuses tentations comme les glaces, les sorbets, les cocktails de fruits avec ou sans alcool et il y a plus de fruits, que l’on consomme parfois en grande quantité (ils vont pourrir, la saison ne dure pas longtemps, ça ne fait pas grossir ce n’est qu’un fruit…). En été on modifie les horaires de repas, on laisse les féculents de côté…
Bref, lorsque l’on démarre un régime en été on se rend bien souvent compte que la tâche n’est pas si aisée que cela !!! Alors comment faire pour stabiliser son poids ? Pour éviter de grignoter ? Pour équilibrer son alimentation ? Pour compenser un écart ?

Gérer son poids en été (partie 1)

Les astuces

Il n’est bien évidemment pas question de s’enfermer chez soit et d’éviter tous les plaisirs culinaires de l’été. Mais quelques astuces pourront vous aider à compenser vos écarts tout en profitant des petits plaisirs de l’été.

Envie d’une glace : privilégiez les sorbets qui remplaceront aisément votre fruit. En les sorbets ne contiennent que de l’eau, le sucre du fruit et un peu de sucre en poudre ou du sucre glace. Faites évidemment attention aux étiquettes lors de vos achats en choisissants des produits avec le moins d’ingrédients possible ! Le moment le plus propice pour déguster un sorbet reste en fin de repas le midi ou lors de la collation de 16-17h. En ce qui concerne les crèmes glacées, dégustez-les aux mêmes moments que les sorbets, et supprimez les matières grasses et produits laitiers du repas suivants ou précédents.

Envie de fruit : qui dit fruit dit eau mais aussi sucre ! Les fruits ne peuvent donc pas être consommés à volonté, mais certains sont tout de même moins caloriques, préférez-les. Par ailleurs il est préférable des les savourez en fin ou en début de repas, selon vos goûts, mais n’en grignotez pas toute la journée, votre glycémie n’appréciera guère…
 

Gérer son poids en été (partie 1)
Gérer son poids en été (partie 1)

Invité pour un apéritif : limitez-vous toujours à un verre d’alcool et continuez sur des sirops, eaux gazeuses voir jus de fruit. Si vous avez un petit creux, contentez-vous des amuses-bouches fait maison, des légumes et rillettes de poissons ou gressins à tremper dans du fromage. Si rien de cela ne vous est proposé, évitez !!! Avant de partir, à la maison vous pouvez au préalable boire 2 grands verres d’eau et dégustez une salade de crudités, cela calmera votre appétit sans calories ! Mais surtout ne sautez pas de repas en prévision d’un repas plus copieux ou d’un apéritif à venir.

Gérer son poids en été (partie 1)
Gérer son poids en été (partie 1)
Gérer son poids en été (partie 1)

Invité pour un barbecue : les saucisses font parties de la famille des charcuteries, tout comme les viandes rouges il est conseillé de les manger en quantité limitée chaque semaine. Ainsi si possible placez dans votre assiette une saucisse ou un morceau de viande (ou une demie saucisse et un petit morceau de viande rouge) avec un morceau de viande blanche. Accompagnez, bien évidemment vos protéines de légumes et de féculents pour ne pas exagérer sur les quantités de viande que vous mangerez (servez-vous des légumes en premier et mettez-en dans la moitié de votre assiette). Vous pouvez proposer d’apporter le dessert pour limiter les calories de votre repas en amenant une salade de fruits de saison, une tarte aux fruits de saison, un sorbet, une mousse de fruit… Si c’est chez vous que le barbecue (ou la plancha !) a lieu, pourquoi ne pas proposer une soirée de la mer ? Avec des moules, crevettes, des steaks de thon ou d’espadon… Vous proposerez ainsi des protéines moins caloriques et qui sortent de l’ordinaire !!! Enfin, il va de soit qu’il est préférable d’éviter les mayonnaise, ketchup et autres sauces grasses ou sucrées, préférez la moutarde, les sauces vinaigrettes ou à base de fromage ou de yaourt.

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Recettes
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 09:00

Les familles de matières grasses

Les acides gras saturés composés d’atomes de carbone « saturés » d’atomes d’hydrogène, contenus dans les graisses d’origine animales dont la consommation excessive favorise les maladies cardio-vasculaires.

Les acides gras mono-insaturés composés de deux atomes de carbone combinés avec un atome d’hydrogène chacun et peuvent donc se fixer à d’autres atomes d’hydrogène. Contenus dans la plupart des huiles, ces matières grasses doivent représenter la plus grande part de nos apports de lipides.

Les acides gras polyinsaturés composés de deux couples ou plus d’atomes de carbone. Ils comprennent les oméga 3 (lin, chanvre, colza, noix) et 6 (maïs, tournesol, pépin de raisin). Les huiles composées d’oméga 3 et 6 sont indispensables à l’organisme et ne peuvent être synthétisées par le corps, leur consommation est donc indispensable.
 

Quelles matières grasses pour la santé ?

Les acides gras trans sont les acides gras polyinsaturés ayant subis une transformation (souvent traitement industriel ou chauffage excessif d’huiles) entraînant une hydrogénation partielle. Ces graisses doivent être évitées à tout prix à cause de l’augmentation du risque de maladie cardiovasculaires.

Les matières grasses animales et les huiles végétales solides (coco et palme) sont riches en acides gras saturés, tandis que les huiles végétales sont riches en acides gras mono et polyinsaturés.

Quelles matières grasses pour la santé ?

Les règles à connaître

. Diminuez la consommation de matières grasses. Ces dernières représentent en moyenne 40% de nos apports énergétiques alors qu’elles ne devraient représenter au maximum que 30%. Cela ne signifie pas supprimer les graisses utiliser pour la cuisson et les assaisonnements, mais plutôt faire attention aux graisses cachées (bien souvent saturées) dans les viandes, les produits industriels, les gâteaux, les produits laitiers… Les seuls aliments ne contenant pas de lipides sont les féculents (bruts), les fruits et les légumes.

. Pour diminuer l’utilisation de l’huile dans la poêle de cuisson, huilez avec un pinceau.

. Utilisez de préférence des huiles végétales pour la cuisson et l’assaisonnement et parfois du beurre mais sans trop le chauffer pour ne pas créer de substances toxiques. En évitant les huiles riches en acides gras polyinsaturés pour la cuisson.

. Utilisez des huiles de première pression à froid, en effet lors du chauffage des huiles on perd une grande partie de la vitamine E si précieuse ! Consommer régulièrement des huiles riches en oméga 3 (lin, colza, noix).

Quelles matières grasses pour la santé ?

. La margarine peut-être envisagée pour la cuisson seulement si elle n’a pas été hydrogénée ou additionnée de conservateurs et de colorants.

. Limiter les fritures, utilisez des huiles d’arachide ou de sésame et changez l’huile au bout de 5 ou 6 utilisations, et filtrez-la après chaque utilisation.

. Ne faites jamais fumer vos matières grasses.

. Conservez vos huiles à l’abris de la lumière pour éviter l’oxydation.

Quelles matières grasses pour la santé ?
Repost 1
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 09:00

Des substances toxiques mutagènes et/ou cancérogènes entrent en quantité infimes dans notre corps chaque jour et bien souvent par le biais de notre alimentation. Soit parce qu’elles se trouvent déjà dans les aliments que nous ingérons (résidus de pesticides, additifs alimentaires, polluants), soit parce que nous les créons nous-mêmes dans notre cuisine ! Comment éviter cela ?  C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.
 

Eviter les substances toxiques en cuisinant, comment faire ?

Les substances toxiques

 

L’acrymalide

 

Cancérigène, elle se forme lors de la cuisson à hautes températures des aliments riches en amidon. Plus la cuisson des aliments sera longue et chaude plus la quantité d’acrymalide sera importante : pain 10 à 40µg/kg, pain grillé 10 à 600, crackers 370 à 450, chips de maïs 35 à 400, chips de pommes de terre 170 à 3700, frites 200 à 2000, pommes de terre sautées 250 à 300.

 

Le benzopyrène et autres hydrocarbures

 

Substances mutagènes et/ou cancérigènes se formant lors de la décomposition à la cuisson (plus de 180°C) de certains constituants des aliments notamment des aliments riches en protéines. Les quantités formées varient en fonction du mode de cuisson, de la température de la cuisson, de la durée de la cuisson, de la teneur en eau de la viande, des matériaux utilisés pour la cuisson.
Lors d’une cuisson au grill la température de la viande monte à 100°C pendant 5 minutes puis augmente progressivement jusqu’à 300°C lorsqu’une certaine quantité d’eau s’est évaporée. En revanche dans une poêle légèrement graissée, l’évaporation sera plus longue, ce qui augmentera moins rapidement la température de la viande et évitera la création de substances toxiques.
Lors d’une cuisson sur des braises (et d’autant plus sur un feu de bois qu’un feux au charbon) les graisses des viandes et poissons fondent puis sur tombent sur les braises et créent des hydrocarbures qui se retrouvent dans la fumée qui est alors absorbée par les aliments qui sont en train de cuire. Ces quantités sont augmentées en présence de flammes et à l’inversé diminuées via l’utilisation d’un gril électrique ou d’un gril vertical.

 


Les glycotoxines

 

La réaction de « Maillard » qui résultent d’une réaction entre les protéines et les glucides et qui entraînent le brunissement des aliments (sur les viandes, gratins, croûtes de pain…) produit des glycotoxines pouvant entraîner des problèmes de santé : arthérosclérose, insuffisance rénale.

 

Les nitrates et nitrites

 

Les nitrates sont à la base présents dans la nature et se forme dans le sol via les matières organiques puis deviennent la source d’azote des plantes. Ces nitrates n’ont rien à voir avec les nitrates qui s’accumulent dans les plantes, légumes et nappes d’eau potables, depuis l’utilisation d’engrais azotés et qui se transforment en nitrifies toxiques. Cependant lors de la récolte les légumes même riches en nitrates contiennent peu de nitrites, ces derniers se forment en l’absence d’oxygène à la chaleur. On retrouve aussi des nitrites dans les charcuteries sous forme d’additifs : E 249, E 250 et E 252.

Eviter les substances toxiques en cuisinant, comment faire ?

Eviter les substances toxiques

 

Pour éviter de consommer de l’acrymalide il vous suffira de ne pas laisser brunir le pain, les frites et autres compositions à base de pomme de terre.

 

Pour diminuer les quantités d’hydrocarbures formés, il vous faudra éviter : le barbecue (privilégier le gril électrique, le gril vertical et éviter la création de flamme, éviter d’y cuire des poissons et viandes grasses), les températures de cuisson trop élevées, les durées de cuisson trop importantes, les viandes riches en eau (les viandes élevées en plein air sont beaucoup moins aqueuses que les viandes élevées industriellement), les contenants en inox, téflon et aluminium (privilégiez les contenants en émail et en céramique).

 

Pour limiter la création des glycotoxines il faut encore une fois limiter les cuissons longues à hautes températures.

 

Pour ne pas consommer des nitrites en trop grandes quantités il est préférable :


- De ne pas consommer trop de charcuterie et surtout de ne pas la faire cuire.
- De limiter la consommation de bacon et de lardons frits.
- De conserver les légumes au frais ou de les consommer rapidement.
- De ne pas consommer trop de laitue de serre.
- De ne pas conserver les légumes riches en nitrates dans des sacs en plastique fermés.

 

Ensuite pour contrer les effet de ces substances toxiques il est possible de consommer en même temps des aliments antioxydants et anti-cancers :


- Fibres alimentaires (fruits, légumes, aliments à base de céréales complètes) : accélère le transit, modifie la flore intestinale et dix les substances cancérigènes. Cela permet de limiter le temps de contact de l’intestin avec les substances toxiques et de les éliminer dans les selles.
- Oméga 3 : possédant un effet protecteur et que l’on retrouve dans l’huile de colza, l’huile de lin, les poissons et les oléagineux.
- Polyphénols : jouant aussi un rôle protecteur et contenue en grande quantité dans les fruits et légumes.
- Sélénium : inhibe les cancers de la peau, du foie, du côlon et de la mamelle chez les animaux. On trouve le sélénium dans les poissons et fruits de mer.
- Vitamine A : aux propriétés antimutagènes que l’on trouve dans les fruits, légumes, abats et poissons.
- Vitamine E : limite la formation des radicaux libres, contenue en grandes quantités dans les huiles végétales et les oléagineux.

 

Enfin pour limiter les substances toxiques vous pouvez utiliser la technique de la marinade pour vos viandes et poissons destinés à être grillés. Vous pouvez composer votre marinade de la manière suivante : huile d’olive, vinaigre de cidre, sucre, ail, moutarde, jus de citron et sel. Il est aussi préférable de limiter la consommation de viandes et poissons grillés (sinon de préférences à la poêle avec un peu de matières grasses sans faire fumer l’huile) surtout bien cuits, et de préférer une cuisson à la vapeur, à l’étouffée ou bouillie. Et pour finir pensez à toujours mettre en marche la hotte lorsque vous faites de la friture.

Eviter les substances toxiques en cuisinant, comment faire ?
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Vos aliments Trucs et astuces
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 09:00

Quels choix faire pour chaque gamme de produit ?

 
Que choisir au restaurant ? (partie 2)
Que choisir au restaurant ? (partie 2)

Les sandwichs : à peu de choses près, KFC et Burger King proposent les deux burgers les plus caloriques : 1074 (Double Stacker Cheese & Bacon) et 1081 (Double Steakhouse) Kcal dans un seul burger ! En outre ces burgers sont aussi les deux plus gras, respectivement 62 et 73,2g de lipides. En ce qui concerne les acides gras saturés, le grand vainqueur reste le Double Steakhouse de Burger King (31,2g) suivi du Suprême Classique de Quick (19,19g). La quantité de glucides la plus importante revient au Tower Original de KFC (69g), quant aux sucres rapides c’est à nouveau le steakhouse de Burger King qui l’emporte de loin avec 28g de plus que le sandwich le plus sucré de Quick. Enfin pour le sel, il faudra éviter absolument le Double Stacker Zinger qui contient à lui seul 8g de sel soit 2g de plus que les apports journaliers conseillés ! La palme des sandwichs les moins caloriques, gras, sucrés et salés revient à (quasiment) l’ensemble des sandwichs de l’enseigne Subway, même pour les valeurs les plus élevées on se retrouve presque en dessous des valeurs les plus basses des autres enseignes.

 

Ainsi la première chose à faire est de privilégier le restaurant Subway pour éviter des écarts nutritionnels trop important. Ensuite, il vous faudra éviter les sandwichs les plus salés, les sandwichs regroupant plusieurs protéines (bacon et steak haché, 2 steaks hachés), regroupant plusieurs portions de fromage, apportant plus de 500Kcal (un adulte doit consommer entre 1800 et 2400 Kcal par jour, répartie sur 3 repas) et présentant plus de 10g de lipides pour 100g de produits.

Chez McDonald’s privilégiez les sandwichs à base de poisson, la gamme Ranch, le Big Mac ou le Royal Deluxe. Chez Subway tous les sandwichs sont quasiment autorisés, en longueur 15cm de préférence,. Chez KFC le Krucnhy, le Brazzer et le I-Tweest Cheese reste raisonnable, les autres sont assez gras et très caloriques. Chez Burger King les plus petits formats restent les meilleurs choix (hamburger, cheeseburger, Whopper JR.), les autres sont caloriques et gras. Chez Quick les burger à base de poisson, le Giant et le cheeseburger sont à privilégier.

Que choisir au restaurant ? (partie 2)
Que choisir au restaurant ? (partie 2)

Les accompagnements et les sauces : évidemment, et rien de surprenant à cela, les meilleurs accompagnements restent les petites salades ! Vous remarquerez que Subway ne propose pas d’accompagnements (ou un paquet de chips à la place d’un dessert) et diététiquement parlant ils ont raison. En effet une portion de féculent, une portion de protéine et une portion de produit laitier suffisent dans un repas. Ainsi pour un menu contenant un sandwich avec du pain, un steak et du fromage, les frites, les nuggets ou le fromage pané ne seront qu’en trop dans votre équilibre alimentaire. Le choix de la salade en accompagnement est le plus judicieux à condition de choisir la sauce la moins calorique est la moins sucré et surtout de ne pas utiliser la totalité de la portion. En outre, si vous décidez de choisir un accompagnement différent, évitez les « box » ou ne les mangez pas seul, les quantités de calories, de graisses, de sucres explosent les doses journalières recommandées ! Chez McDonalds privilégiez les potatoes ou 4 McNuggets, chez KFC les cobettes et Big Shots semblent raisonnables, chez Burger King les Onion Rings ou King Nuggets et chez Quick les Rustiques, Chicken Dips et Fish N’Dips. Pour envisager plus facilement de choisir des accompagnements à base de protéines, féculents ou fromage, vous pouvez laisser de côté le sandwich et prendre une grande salade, contenant généralement une bonne quantité de légumes, une petite quantité de féculents et plus ou moins de protéines. Ainsi vous pourrez prendre une « box » à partager (au moins à 3 personnes), un « Bucket » là encore à partager (en privilégiant les buckets les moins gras : Duo Tenders, Maxi Tenders), ou une quantité plus importante de nuggets, de poisson frit, de poulet frit… malheureusement assez riches tout de même en acides gras saturés.

Pour les sauces de salade il vous faudra éliminer toutes les sauces contenant du sucre et du sel, seules les sauces contenant des lipides et peu d’acides gras saturés se rapprochent des sauces utiles pour votre organisme et des sauces faites maison !

Que choisir au restaurant ? (partie 2)

Les desserts : le dessert à éviter absolument est le Very Parfait de McDonald’s, qui combine quasiment toutes les valeurs les plus importantes. Evidemment, encore une fois le dessert fruité reste la meilleure option pour bénéficier de sa portion de fruit sur un repas et le moins de calories. Les autres desserts proposeront forcément un doublon dans ce que vous avez déjà mangé dans votre repas : graisses, sucres, protéines, produits laitiers. Cependant pour un petit plaisir sucré quelques desserts restent envisageables : chez McDonald’s le Ice Squeeze et les Frappés, chez Subway les yaourts, chez KFC les Sundaes, chez Burger King le King Sundae ou le X-Cream et chez Quick le Crumble Ice Pomme, le Softy Fraise et les Milkshakes.

Que choisir au restaurant ? (partie 2)

Les boissons : étant donné les quantités de sucres et de graisses ingérés dans votre repas, une eau minérale (que propose toutes les enseignes) semble être le mieux indiquée : 0 calorie, 0 sucre, 0 édulcorant ! Il est préférable d’éviter tous les sodas très riches en sucre, cependant dans chaque enseigne vous pourrez privilégier les sodas à base de thé (Nestea, Ice Tea) moins sucrés et moins caloriques que les autres, voir les jus de fruits plus riches en vitamines et fibres mais tout de même aussi sucrés et caloriques que les sodas.

 

En résumé un menu type le plus équilibré possible dans un fast-food devrait contenir un sandwich à 500Kcal au maximum comprenant une seule portion de fromage et de protéine, devrait être accompagné d’une petite salade ou de légumes à croquer, d’un dessert à base de fruit ou éventuellement de produit laitier et d’une bouteille d’eau minérale. Si votre « vision » du fast-food ne ressemble pas à cela, je vous invite donc à suivre les conseils précédents pour choisir les aliments les moins caloriques, gras et sucrés et à les associer dans les règles de la diététique !

 

Précision :  cet article a pour objectif de vous aider à faire les meilleurs choix dans ce type de restauration en évitant un maximum « d’entorse » diététique, l’article ne commente pas la qualité des aliments servis dans l’ensemble de ces chaînes, et ne vous invite pas non plus à y manger trop régulièrement.

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Vos aliments
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 09:00

Vous êtes au régime, vous essayez de perdre du poids, vous faites attention à votre alimentation, et cela depuis plusieurs jours, semaines ou moi, mais vous avez toujours un travail, des amis, un emploi du temps chargé… vous finissez donc indubitablement par être invité au restaurant, devoir vous arrêter en chemin pour manger un plat du jour… Bref il vous faudra un jour ou l’autre pendant votre régime manger, manger à l’extérieur. Mais comment faire pour équilibrer au mieux votre alimentation, quels aliments privilégier, quels aliments éviter ?

 

Nous allons essayer dans cette série d’article de faire le tour des différents lieux possibles, et des différents menus et aliments que vous pourrez trouver.

Que choisir au restaurant ? (partie 1)

McDonald’s

Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)

Subway

 

Pour les valeurs des sandwichs de 30cm, il suffit de multiplier par 2 les valeurs du tableau.

 
Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)

KFC

Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)

Burger King

Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)

Quick

Que choisir au restaurant ? (partie 1)
Que choisir au restaurant ? (partie 1)

Une fois toutes les valeurs observées, nous pouvons décider des meilleurs choix à faire dans les grandes chaînes de restauration rapide. Tout d’abord relevons que chaque valeur est annoncée en fonction de la portion proposée respectivement par chaque restaurant, donc en fonction de ce que vous mangerez réellement. Ensuite selon les restaurants les valeurs ne sont annoncées que pour les plus faibles quantités (par exemple pour le McDonald’s pas de différenciation entre les différentes portions de frites) et les valeurs des salades sont annoncées sans les sauces. Enfin certains restaurants, notamment Burger King, ne donnent pas les valeurs nutritionnelles de toute leur gamme de produit,  contrairement à KFC qui propose la table des valeurs nutritionnelles la plus détaillée, la plus simple d’accès et la moins contraignante pour comparer les produits puisque tous figurent sur une même page !

 

En ce qui concerne le nombre de produits proposés, tous les restaurants ne sont pas égaux. En effet, KFC propose le plus grand choix d’aliments avec une gamme de sandwichs, de poulets et poissons à grignoter, de seaux de poulets à partager, de salades, de desserts et d’un grand nombre d’accompagnements. A l’inverse Subway propose le plus faible choix avec seulement sandwichs, salades et quelques desserts.

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Vos aliments
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 10:00

Suite aux articles du 22 mai 2015, du 18 septembre 2015, du 18 mars 2016 et du 2 septembre 2016 « Les idées reçues en nutrition (partie 1, 2, 3 et 4) », je vous propose un cinquième article du même ordre, car quatre articles n’auront toujours pas suffit pour faire le tour de ces dernières !

Les idées reçues en nutrition (partie 5)

Les chewing-gum et les bonbons sans sucres sont vraiment « sans sucre »

Pas vraiment ! Les sucres sont remplacés par des édulcorants (polyols, saccharine, aspartame, stévia…) possédant un pouvoir sucrant plus important que les sucres habituels. Cela permet de mettre moins de sucre pour obtenir le même goût et ainsi diminuer de moitié les apports caloriques des bonbons et chewing gum. Cependant même avec un édulcorant ces confiseries présentent du sucre et des calories, les consommer en trop grande quantité entraînera tout de même une prise de poids et un risque de diabète accrue.

 

On peut manger sans restriction des confitures allégées

Malheureusement non ! Une confiture allégée est une confiture qui a été fabriquée avec une quantité allégée de sucre et non sans sucre ajouté. Par ailleurs même une confiture sans sucre ajouté ne peut-être consommée sans modération puisqu’on y retrouve tout de même le fructose des fruits. Ainsi une confiture « normale » contient pour 100g : 247Kcal et 60g de sucre, une confiture allégé : 172Kcal et 42g de sucre, et une confiture sans sucre ajouté : 154Kcal et 38g de sucre.

 

Les pâtes à tartiner sont bonnes pour la croissance

Si l’on en croit les publicités, les pâtes à tartiner seraient riches en calcium et favoriseraient ainsi la croissance ! Mais cela reste bien loin de la vérité, le Nutella est autres pâtes à tartiner ne contiennent que 6 à 10g de lait pour 100g de produit et surtout contiennent comme ingrédients principaux le sucre et l’huile. Ce qui minimise forcément leur apport en calcium, 100g de lait contient 120mg de calcium contre 95mg pour une pâte à tartiner et surtout le lait ne contient que 1,5g de lipides (lait demi-écrémé) contre 35g pour la pâtee à tartiner. Ainsi pour consommer autant de calcium avec une pâte à tartiner qu’avec un verre de lait il faudrait consommer une quantité beaucoup plus importante de graisse ! Les pâtes à tartiner ne sont donc pas les meilleurs aliments pour favoriser la croissance.

 

Les pâtisseries sont à éviter

Les pâtisseries comme tous les autres aliments ne sont pas à éviter ou à supprimer mais à consommer avec modération. En effet selon les gâteaux et autres desserts que vous choisirez les quantités de calories et de matières grasses seront plus ou moins importantes. Ainsi au lieu de vous priver choisissez des desserts à base de fruits ou moins grasses : galette des rois à la frangipane 484Kcal/100g et 29,9g de lipides, brownie 444 et 25,3, quatre-quart 437 et 24,2, crêpe sucrée 334 et 7, tarte aux pommes 271 et 11,6, curable aux pommes 223 et 9, gâteau au fromage blanc 217 et 5,3, flan pâtissier 201 et 12,1.

 

Le sirop d’agave est meilleur pour la santé que le sucre

Sirop élaboré à partir du jus de cactus nommé agave. Le sirop d’agave est composé de 75g de glucides (principalement fructose et glucose) et apporte 315Kcal pour 100g. Même si ce sucre est dit naturel, sa valeur nutritionnelle est comparable au fructose qui aurait pour effets délétères l’augmentation du poids et une résistance à l’insuline.

Les idées reçues en nutrition (partie 5)

Les eaux aromatisées sont sans sucre

Lisez bien les étiquettes ! La plupart des eaux aromatisées contiennent, comme les confiseries sans sucres, des édulcorants et des arômes à la place des sucres traditionnels. D’autres ne proposent ni sucres, ni édulcorants, seulement des arômes. Ainsi il vous suffit de regarder les valeurs nutritionnelles : glucides et sucres = 0g, et les ingrédients pour éviter les édulcorants : acésulfame-potassium, aspartame, cyclamate, saccharine, sucralose…

 

Il faut limiter l’eau quand on fait de la rétention

Absolument pas ! En effet si vous souffrez de rétention d’eau différents facteurs alimentaires peuvent vous soulager, mais certainement pas ce lui de ne plus boire ! Tout d’abord réduisez votre consommation de sel qui favorise justement la rétention d’eau, buvez 2L d’eau par jour (eau, thé, tisane, soupe, lait…) et consommez des aliments riches en eau, consommez suffisamment de protéine pour permettre le transfert de l’eau des tissus aux vaisseaux sanguins, évitez de grignoter pour ne pas trop faire varier votre glycémie ce qui entraînera le remplacement des sucres par de l’eau et bougez !

 

C’est plutôt en dehors des repas qu’il faut boire de l’eau

Une croyance voudrait que boire de l’eau pendant les repas entraînerait une plus grande rétention d’eau. Or cela est faux, et ça serait même plutôt le contraire, l’eau stimule la fonction rénale et permet d’équilibrer les niveaux d’eau dans notre corps, peu importe l’heure et l’activité réalisé à ce moment. Par ailleurs une étude a montré que boire 2 verres d’eau juste avant le repas permet d’améliorer la satiété et ainsi de réduire les quantités de calories consommées au repas.

 

Les eux gazeuses sont contre-indiquées dans les régimes amaigrissants

La différence entre une eau plate et une eau gazeuse réside en premier lieu dans sa teneur en dioxyde de carbone. L’eau devient gazeuse au dessus de 250mg/L de dioxyde. Ensuite les différences se trouveront dans la quantité des différents minéraux, mais cela vaut aussi bien entre deux eaux plates, deux eaux gazeuses qu’entre une eau plate et une eau gazeuse ! Il faudra donc tout simplement veiller à ne pas consommer une eau trop riche en sodium (plus de 250mg/L) pouvant entraîner de l’hypertension, des maladies cardiaques et rénales, et augmenter la rétention d’eau. Cependant dans le cadre d’un régime il n’existe aucune contre-indication ! 

 

Boire de l’eau coupe les jambes quand on fait du sport

Absolument pas ! Le corps est composé de plus de 60% d’eau et les muscle de 73%, ainsi seul 1% de déshydratation entraîne une diminution de 10% de la capacité à performer et de l’efficacité neuromusculaire. Il est donc conseillé de boire tout au long de l’effort une eau à température ambiante, en petite quantité (5 à 6 gorgées) tout au long de l’exercice physique (toutes les 10 à 15 minutes).

Pour en savoir plus : http://dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance.over-blog.com/article-l-hydratation-a-l-effort-quoi-quand-et-comment-88349590.html

Les idées reçues en nutrition (partie 5)

Le café au lait est indigeste

Pas pour tout le monde. Le café entraîne l’agglomération des molécules de caséine du lait qui se retrouvent alors dans l’estomac avec un volume plus important, ce qui peut ralentir la digestion. Cependant si vous tolérez le cappuccino, le latte… alors pas de raison de vous en priver. A noter qu’il n’existe aucune toxicité dans ce mélange.

 

Pour dessouler rien ne vaut un café noir bien fort

Pour limiter la gueule de bois, pas de remède miracle, tout d’abord lors de votre excès d’alcool, évitez les mélanges et buvez beaucoup d’eau. Enfin pour dessoûler évitez le café, surtout le café bien fort qui va faire travailler votre foie alors que l’objectif est de le reposer. Ainsi préférez le thé qui sera éliminé par les reins.

 

Une coupe de champagne apporte moins d’alcool qu’un verre de vin

Une coupe de champagne de 75ml contient 7,4g d’alcool contre 12g d’alcool pour un verre de vin de 125ml. Si l’on rapporte la quantité d’alcool à une même quantité de liquide on se retrouve à 9,9g d’alcool pour 100ml de champagne et 9,6g d’alcool pour 100ml de vin, soit la même quantité !

 

Les colas sont des bons réhydratants

Les gluconates et le potassium contenu dans les colas peuvent être indiqués en cas de déshydratation. Cependant ces boissons sont trop sucrées et leur teneur en sodium trop faible pour assurer la compensation des pertes de minéraux par sudation, ils ne compensent donc pas efficacement les pertes hydriques.

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Trucs et astuces Informations diverses
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 14:53

Les suppléments « thermogéniques » non stimulants

 

Le calcium : des études ont montré en 2000 qu’une consommation plus importante en calcium permettait de perdre plus de graisse et de maintenir la masse maigre. D’autres études s’opposent à ces résultats, en sachant que les études de 2000 ont été financées par l’industrie laitière, et ne trouvent aucune relation entre l’évolution corporelle et l’apport en calcium. Cependant si une consommation plus importante de calcium est combinée à une diminution calorique et à un effort physique l’utilisation des graisses comme énergie est meilleur que sans le calcium et permet ainsi une meilleure stabilisation du poids. Au delà de la perte de poids, le calcium permet tout de même de diminuer, voir même d’empêcher la perte de masse osseuse. Cette conclusion n’est pas à prendre à la légère, de nombreuses études montrent que lors d’un régime l’assimilation du calcium n’est pas bonne, il faut donc augmenter les apports (via l’alimentation, ou la supplémentation).

 

Le guggulstérone : aurait un effet stimulant sur la thyroïde, chez le rat ! Peu d’études ont été effectuées sur l’homme, l’une d’entre elle a montré qu’une supplémentation importante en guggulstérone et en phosphate combinée à un régime et à un programme sportif permettait d’éliminer plus de graisse que sous placébo. Cependant l’effet de cette plante sur les hormones thyroïdiennes semble toutefois controversé et reste encore peu claire.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

La L-carnitine

 

La carnitine permet l’oxydation des graisses en les transportant vers les organes les transformant en énergie. Ainsi la supplémentation en carnitine semble augmenter la part des graisses utilisées comme énergie mais ne se traduit pas part une perte de poids effective. Les études montrant une perte du pourcentage de masse grasse lors d’une supplémentation en carnitine est effective dans le cadre d’un programme sportif. Cependant une restriction calorique importante risque d’abaisser le niveau de carnitine naturel, la supplémentation ne fera ainsi que seconder les efforts sportifs effectués. Enfin cette supplémentation pourrait produire un effet délétère sur la production d’hormone thyroïdienne et donc être contre productif pour la perte de poids !

 

Les acides gras essentiels

 

L’apport de graisses dans le cadre d’une alimentation équilibrée est primordiale, tout comme dans le cadre d’un régime ! En effet les besoins en oméga 3 semble augmenter pendant un régime car notre corps les utilise comme énergie. Ainsi une étude montre qu’une prise quotidienne de 6g d’huile de poisson (riche en oméga 3) tout en mangeant normalement favorise la perte de graisse. Enfin une autre étude montre que l’augmentation des acides gras polyinsaturés  facilite l’usage des graisses comme carburant.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

Les antioxydants

 

Les études montrent qu’un régime hypocalorique combinée à une activité physique permet   une perte de poids plus efficace que dans le cadre d’une activité physique seule ou d’une régime seul. Cependant il semblerait que l’activité physique entraînant la production de radicaux libres limite la réponse thermogénique, ce qui pourrait être contrecarrer par une prise d’antioxydant.

 

La vitamine C : permet d’augmenter l’efficacité du travail musculaire, de reculer la fatigue et de réguler le niveau de carnitine dans le sang (ce qui améliore son efficacité). Mais cela n’est vrai que dans le cas d’une activité physique !

 

Les coupe-faim

 

L’aspartame : édulcorant à base d’acides aminés qui va se transformer en aspartate, phénylalanine (utilisé comme coupe-faim) et méthanol après ingestion. Cet édulcorant est souvent utilisé dans les aliments associé à de la maltodextrine (sucre complexe), ainsi l’aspartame est aussi calorique que le sucre mais possède un pouvoir sucrant bien plus important il est donc utilisé en moins grande quantité. L’usage de l’aspartame tendrait à diminuer l’appétit mais pas pour tout le monde ! L’action de l’aspartame se faisant ressentir rapidement, il vous sera facile de savoir si vous y répondez ou non. Ainsi l’aspartame pourrait aider à la perte de poids durant un régime, mais après 1 an la reprise de poids pourrait s’élever à 2,6kg et après 2 ans à 4,6kg (études de 1997). En outre des études plus récentes ont montré que l’aspartame bloquerait une enzyme intestinale pouvant prévenir le diabète, l’obésité et le syndrome métabolique (ensemble de signes physiologiques augmentant le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et d’accident vasculaire cérébral).

 

L’HCA ou acide hydroxycitrate : extrait d’écorce de Garcinia Cambogia qui empêcherait la transformation et le stockage des sucres en graisses, et qui augmenterait la sérotonine au niveau du cerveau ce qui diminuerait l’appétit. Les effets seraient réels sur la perte de poids des souris, mais reste très aléatoires chez les hommes. En effet selon les études on trouve une augmentation de l’oxydation des graisses et une perte de poids supérieur avec la prise de HCA contre un placebo, ou aucun effet du tout !

 

Le vinaigre : une étude datant de 1995 a montré que l’ajout de de vinaigre à 50g de glucides sous forme de pain blanc réduirait les élévations de glycémie et d’insuline et une augmentation de la satiété. Ajouter du vinaigre en assaisonnement serait donc une bonne idée.

 
Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

Les réducteurs d’absorption calorique

 

L’idée de ces produits est d’entraver l’absorption des graisses et des sucres rapides. Cela permettrait ainsi d’ingérer à volonté des aliments « interdits ». Cependant ces compléments manquent cruellement d’efficacité et ne peuvent assurer une véritable perte de poids. Il est sûrement plus efficace de rééquilibrer son alimentation et de faire attention aux quantités de graisses et de sucres rapides.

 

Les bloqueurs d’absorption des graisses

 

Le chitosan : extrait de carapaces de crustacés, agissant comme une fibre, il fixerait les graisses et empêcherait ainsi leur absorption. De rares études montrent une perte de poids effectives, la plupart des études montreraient un résultat négligeable, il faudrait utiliser du chitosan plus d’un an pour perdre du poids.

 

Le thé vert : une étude de 2000 montrerait que le thé vert pourrait agir contre l’absorption des graisses en inhibant l’activité des liasses responsables de la digestion des lipides.

 

Les crèmes à action locale

 

Certaines crèmes permettent une perte de 1cm de diamètre suite à 28 jours d’application, d’autres ne seraient efficaces que pour 3 femmes sur 35 selon les études. Ces crèmes présentent plusieurs problèmes :

  • Reprise de centimètre rapide après l’arrêt de leur utilisation.
  • Évacuation locale d’eau plus que de graisses.
  • L’utilisation d’une crème hydratante va réduire l’effet peau d’orange.
  • L’effet peau d’orange réapparaît rapidement après l’arrêt de leur utilisation.
  • Toutes les études ne sont pas d’accord sur leur efficacité.
  • Le coût de ces crèmes est assez élevé.
  • Des allergies et problèmes cutanés peuvent apparaître.
Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 16:34

N’avez-vous jamais vu à la télé, dans un magasine, dans la vitrine d’une pharmacie une publicité ventant les mérites d’un produit miracle vous permettant de brûler vos graisses, d’éliminer la culotte de cheval, de vous faire perdre 3kg par semaine… Mais que contiennent ces produits ? Sont-ils vraiment efficaces ? Quelles sont leurs actions ?

Nous allons tenter de faire le tour des principaux compléments en répondant à ces questions principales.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

La perte de poids, comment ça marche ?

 

Dans un premier temps tous les régimes sont efficaces pour vous faire perdre du poids, cependant il ne faut pas confondre perte de poids et perte de masse grasse ! En effet l’intérêt d’un régime réside dans l’élimination de vos stocks de graisse et non de vos muscles. Au départ d’un régime la restriction calorique induira mécaniquement une perte de poids via la vidange du système digestif et l’élimination des réserves de glycogène et d’eau contenue dans les muscles. Après les premières semaines, cela devient plus difficile.

 

Pour éliminer les graisses, il est nécessaire de mobiliser les graisses en sortant de leur réserve, les acides gras vont alors circuler dans le sang puis être utilisés comme carburant par le foie et les muscles où ils seront oxydés (transformés en énergie). Le facteur limitant de la perte de poids réside donc dans cette transformation des acides gras en énergie, d’utiliser plutôt les lipides que les glucides ou les protéines en énergie. Si le corps n’y parvient pas, s’en suivra fatigue, augmentation de la faim et perte de masse musculaire.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

Les problèmes des régimes

 

Diminution du métabolisme : le manque d’énergie engendré par les régimes entraîne une diminution des dépenses énergétiques : la diminution du métabolisme. Le corps se protège de ce manque d’énergie en réduisant la production d’hormone thyroïdienne qui réduit la température corporelle et donc limite encore l’utilisation calorique et ainsi la perte de poids !

Les solutions proposées par les compléments : plantes thermogéniques pour réactiver le métabolisme.

 

Utilisation réduite des graisses : les catécholamines, au cours d’un régime, agissent sur les récepteurs adrénergiques pour mobiliser les graisses. Plus le régime avance, moins la sécrétion de ces catécholamines est importante. Ce qui se traduit par de la fatigue, mais la reprise d’une activité physique va permettre de relancer la sécrétion de ces hormones et ainsi contrer le problème.

Les solutions proposées par les compléments : plantes thermogéniques pour favoriser la sécrétion de ces hormones.

 

Augmentation de l’appétit : au cours des régimes, peut s’installer de la fatigue et de l’irritabilité, l’appétit grandit ! Situation difficile à gérer qui explique bien souvent l’échec de nombreux régimes et responsable de carences en micronutriments.

Les solutions proposées par les compléments : supplémentation en vitamines et minéraux.

 

Perte de masse maigre : les études rapportent qu’une diminution des apports énergétiques de 40% entraîne une perte de poids se situant majoritairement dans la masse musculaire et la masse osseuse, et cela d’autant plus chez les femmes que chez les hommes.

Les solutions proposées par les compléments : prise de calcium et de protéines.

 

Déséquilibre acido-basique : la mobilisation des acides gras va augmenter l’acidité du sang, et ce d’autant plus dans le cadre d’un régime hyperprotéiné (la prise massive de protéine va aussi acidifier le sang). Ce milieu acide va diminuer l’élimination des graisses et favoriser la fonte musculaire.

Les solutions proposées par les compléments : bicarbonate de sodium pour équilibrer le pH sanguin.

 

Troubles cardiovasculaires : la réduction calorique et l’augmentation des protéines peut augmenter la concentration d’homocystéine, un acide aminé souffre dont l’augmentation est un facteur de risque cardiovasculaire.

Les solutions proposées par les compléments : prise de vitamine B6, B9 et B12 pour diminuer cette hormone.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

Les stimulants thermogéniques 

 

Les stimulants suivants sont conseillés, pour être efficaces dans le cadre d’une activité physique régulière. En effet cette dernière permet d’entrainer le corps à oxyder les lipides en priorité et permet de bloquer les récepteurs alpha 2 adrénergiques et les récepteurs d’adénosine qui peuvent empêcher la mobilisation adipeuse et donc réduire l’utilisation prioritaire des lipides comme énergie.

 

La caféine : augmente le métabolisme de base, augmente la température corporelle et aide à la mobilisation et à l’oxydation des graisses. Cela est d’autant plus vrai chez les sujets jeunes et chez les sportifs. Mais attention à l’élévation de la fréquence cardiaque.

 

Le maté : proche de la caféine, la matéine présente l’avantage de ne pas élever la fréquence cardiaque tout en augmentant l’oxydation des graisses mais sans augmenter la dépense énergétique. On combine ainsi la prise de maté avec le guarana qui permettra d’augmenter la dépense calorique en diminuant l’oxydation des graisses. Ainsi la combinais des deux plantes favorise la vidange gastrique et réduit la digestion et donc l’envie de manger. Les études montrent qu’une prise combinée pendant 45 jours permet une perte de poids, au delà le poids se stabilise.

 

Le thé vert : ressemble dans ses effets à la caféine. Les catéchines expliquent l’action thermogénique et anti-graisse du thé vert. Cependant il semble plus intéressant d’utiliser en même temps de la caféine et des cathéchines ou du thé vert avec du guarana pour augmenter la dépense énergétique. Plusieurs études mettent cela en évidence avec une perte de poids de 4,6% sur 3 mois chez des sujets obèses, cependant chez des femmes en surpoids suivant un régime, la prise de thé vert n’augmente pas la perte de poids par rapport au placébo. Cela est peut-être dû à l’augmentation de l’appétit causée par le thé vert.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 10:00

Suite à l’article « Planifier ses menus, une question d’organisation », je vous propose quelques idées pour vous aider à remplir ce planning sur une semaine !

Planning de repas pour votre famille
Planning de repas pour votre famille
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Votre santé
commenter cet article