Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Blog

  • : Nutrition pour le bien-être et la performance
  • Nutrition pour le bien-être et la performance
  • : Ras-le-bol des régimes "yoyo" ? Besoin de perdre du poids sans vous affamer ? Vous êtes à la recherche de recette minceur ? Vous ne savez pas comment vous alimenter pour votre pratique sportive ? Alors ce blog est fait pour vous !!
  • Contact

Ma présentation

Ma présentation En bref, mes valeurs, mes objectifs, ma formation...

Recherche

Le cabinet

Le cabinet Où me consulter ?

Vos aliments

Vos aliments Leurs vertus, leurs conservations, leurs bienfaits pour votre santé... et quelques astuces pour les conserver et mieux les déguster !!

La nutrition du sportif

La nutrition du sportif Comment s'alimenter pour une randonnée, pour un marathon, ou encore pour son match de tennis ou de foot. Mais aussi comment mieux récupérer et mieux s'entraîner.

Informations diverses

Informations diverses Le saviez-vous ?

Vos questions

Vos questions Questionner sa diététicienne, se soutenir dans la perte de poids, échanger des recettes... Communiquer entre vous !!

Recettes

Besoin d'idées de repas, d'idées de menus, envie de nouvelles saveurs, tout en mangeant sain ?
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 09:00

Pour découvrir l'article de cette semaine, je vous invite à regarder l'émission "C'est au programme" sur France 2 le mardi 6 juin à 9h50. Cette dernière comprendra un reportage de quelques minutes où je vous ferais part des bienfaits de la tomate et dans laquelle je partagerais quelques recettes pour en profiter !

Bon visionnage !

La tomate en vedette !
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans reçu Vos aliments Votre santé
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 09:00

La vitamine B8

 

Vitamine hydrosoluble non stockée dans le corps dont la consommation journalière est donc indispensable.

 

La vitamine B8 régule l’assimilation des protéines, glucides et lipides, et joue un rôle dans la vitalité des cheveux et des ongles.

 

En cas de carence, vous risquez : mauvais état des ongles et des cheveux, troubles cutanés (dermite, eczéma, peau sèche), atteintes des muqueuses (inflammation des lèvres et de la langue, candidose, muguet buccal, atrophie des papilles gustatives), troubles digestifs, fatigue, pâleur, somnolence, troubles psychiques, troubles neurologiques (hypotonie, convulsions), taux élevé de cholestérol, chute du taux d’hémoglobine, douleurs musculaires, et fatigue générale.

 

Les sources de vitamine B8 : foie, viande et fruit.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B8 : elle est présente en faible quantité dans la plupart des aliments, mais les plus riches sont donc le foie, les abats, les rognons, le jaune d’oeuf, les légumes et les fruits.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine B9

 

Vitamine hydrosoluble non stockée dans le corps dont la consommation journalière est donc indispensable.

 

La vitamine B9 est utile à la reproduction cellulaire, joue un rôle fondamentale dans le métabolisme cérébral et nerveux et permet la synthèse des protéines et des acides nucléiques.

 

En cas de carence, vous risquez : anémie, troubles de la croissance, troubles psychiques (insomnie, apathie, asthénie, troubles de la mémoire, confusion, irritabilité, anxiété, dépression), troubles digestifs (diarrhée, nausée), atteinte des muqueuses (inflammation de la langue, gingivite), maux de tête, palpitations cardiaques, lésions de la peau et des ongles, troubles neurologiques et gingivites.

 

Les sources de vitamine B9 : fruits et légumes, foie.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B9 : levure 3900 microgramme/100g, foie gras 600, foie de poulet 560, salades 170-300, foie de boeuf 260, haricots secs 250, noix 200, épinard 190, noix 50, brie 150, flocons d’avoine 60.

 

Astuces : à chaque repas mangez au moins un légumes verts !

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine B12

 

Vitamine hydrosoluble stockée dans l’organisme.

 

La vitamine B12 joue un rôle dans la synthèse des protéines, dans la formation des globules rouges et dans la régulation du système nerveux. Elle est indispensable au métabolisme du fer et stimule la croissance et les cellules de la peau.

 

En cas de carence, vous risquez : anémie, troubles digestifs (nausée, constipation, colite), inflammation de la langue, chute des défenses immunitaires, douleurs musculaires, allergies, fatigue et perte d’appétit.

 

Les sources de vitamine B12 : viandes et équivalents, laits et produits laitiers.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B12 : foie de boeuf 85 microgramme/100g, foie de mouton 65, rognons 35, hareng fumé 14,5, coeur de boeuf 13, thon cuit 11, saumon 7, levure alimentaire 5, boeuf 4,9, jaune d’oeuf 4,7 crevette 1,9, camembert 0,9.

 

Astuces : ajoutez de temps en temps un jaune d’oeuf sur vos pâtes.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine C

 

La vitamine C a pour premier rôle de prévenir le scorbut, maladie aujourd’hui disparue en Occident. Mais elle joue de nombreux autres rôles :

  • Synthèse du collagène, constituant de la peau, des veines et des capillaires.
  • Renforce les défenses immunitaires.
  • Améliore l’absorption du fer.
  • Action antioxydante.

La vitamine C est l’une des vitamines les plus fragiles et disparait rapidement à la lumière, et à la chaleur. La surgélation permet de réduire ces pertes. Sa concentration est la plus importante dans la peau des fruits.

 

En cas de carence, vous risquez : troubles cutanés, cicatrisation ralentie, gingivite, dentition en mauvais état, retard de croissance des os, anémie, fatigue, augmentation des infections, maux de tête, troubles du sommeil, palpitations cardiaques, manque de concentration, et irritabilité.

 

Les sources de vitamine C : fruits et légumes, abats.

 

Les aliments les plus riches en vitamine C : kiwi, goyave 250mg/100G, persil, cassis 200, poivron, oseille 120, chou-rouge, chou-fleur, brocoli, épinard 50-80, citron 52, orange, fraise 50, pamplemousse, pomme de terre nouvelle 40, groseille 35, foie, mandarine 30, framboise, ananas 25, haricot vert, tomate 20, asperge 14, poire 5, pomme 2-12, viande et poisson moins de 10.

 

Astuces : ajoutez du jus de citron dans votre eau, votre thé, vos sauces de salades, sur vos poissons ou encore vos légumes.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine D

 

La vitamine D a pour fonction principale de gérer l’utilisation du calcium et du phosphore. Elle joue donc un rôle primordial dans la croissance, la lutte contre l’ostéoporose et la minéralisation des dents. Elle régule aussi la contraction musculaire et stimule les défenses immunitaires. Enfin elle intervient dans la reproduction et la production hormonale.

 

En cas de carence, vous risquez : baisse du taux de calcium sanguin entraînant des convulsions et des troubles du rythme cardiaque, maladie osseuse (rachitisme et ostéoporose, ramollissement des os du crâne).

 

Les sources de vitamine D : poissons gras, oeufs, rayon UV.

 

Les aliments les plus riches en vitamine D : huile de foie de morue 8520 UI/100g, saumon, anguille fumée 6400, sardine en conserve 2400, oeuf entier 2000, sardine fraîche 1440, hareng frais 920, champignon frais 152, emmental, cacao, beurre 100, foie de volaille 52, germe de blé 28, foie de veau, foie de porc 20, lait de vache 4.

 

Astuces : pour vos apéritifs proposez des bâtonnets de légumes à tremper dans des rillettes de poisson gras faites maison (fromage blanc et miette de sardine par exemple). Pensez aussi à exposer vos bras et votre visage au soleil pendant 15 à 20 minutes par jour.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine E

 

La vitamine E présente des propriétés antioxydantes permettant de lutter contre les effets délétères des radicaux libres, anti-vieillissement, anticoagulantes et anti-inflammatoires. Elle joue aussi un rôle dans la production d’énergie, dans l’équilibre générale et agit contre les problèmes circulatoires.

 

En cas de carence, vous risquez : troubles de la reproduction (arrêt de la spermatogenèse et stérilité chez la femme), anémie, troubles neurologiques, destruction des globules rouges, faiblesse musculaire, perte des réflexes, troubles cardio-vasculaires, baisse de la vision, vieillissement de la peau et un plus grand risque d’infection.

 

Les sources de vitamine E : huiles végétales, graines oléagineuses.

 

Les aliments les plus riches en vitamine E : huile de germe de blé 200mg/100g, huile de maïs, huile de soja 100, huile de colza, huile de tournesol 70, huile de noix, huile d’arachide 40, huile d’olive 10, cacao en poudre, noix de coco 3, beurre, légumes secs 2, épinard 1,8, oeuf entier, foie 1, viande, volaille, poisson 0,5-0,7, banane 0,4, salade chou 0,3, lait 0,06.

 

Astuces : variez vos huiles d’assaisonnement et de cuisson (privilégiez l’huile d’olive pour la cuisson) et utilisez des graines oléagineuses pour agrémenter vos crudités.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)

La vitamine K

 

La vitamine K est indispensable dans la coagulation sanguine et la calcification des os et des dents.

 

En cas de carence, vous risquez : tendance plus importante aux bleus et aux saignements, menstruation abondante, hémorragie interne (le plus souvent digestive), augmentation du risque de fracture et ostéoporose.

 

Les sources de vitamine K : huiles végétales, foie, poissons.

 

Les aliments les plus riches en vitamine K : farine de poisson 15mg/100g, épinard 0,6, foie de porc 0,3-0,8, chou, chou-fleur 0,5, viande 0,1, pomme de terre 0,08, lait 0,002.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 2)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Votre santé
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 09:00

Une alimentation variée et équilibré est et restera bien entendu la clé pour rester en forme et en bonne santé. Cependant il peut arriver qu’à cause de certains médicaments, du stress au travail, du changement de saison, de surmenage, de surentraînement…. que certaines de vos fonctions vitales aient un besoin accru en une ou plusieurs vitamines. Il paraît donc intéressant dans ces moments là de mettre l’accent sur la consommation d’aliments pouvant combler ce déficit.

Je vous propose donc de faire la liste des vitamines ainsi que de leurs rôles et de vous proposer les aliments en contenant le plus !

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine A

 

Vitamine liposoluble fournie par les aliments riches en graisses, elle se présente sous deux formes : le rétinol provenant des produits d’origine animale et le carotène provitamine, précurseur de la vitamine A provenant des végétaux colorés.

 

La vitamine A joue différents rôles :

  • Pour la vision : elle aide plus particulièrement l’oeil à passer de la lumière vive à l’obscurité, elle est utilisée dans le traitement d’appoint de la cicatrisation cornéenne.
  • Pour la reproduction.
  • Pour la croissance.
  • Pour le bon état de la peau et des muqueuses.
  • Pour la lutte contre les cancers, les radicaux libres.
  • Pour le renforcement des défenses immunitaires.
  • Lutte contre le vieillissement.

 

En cas de carence, vous risquez : des troubles de la vision (cécité nocturne, sécheresse de la conjonctive, opacification de la cornée, ulcération de la cornée), des lésions oculaires et cutanées (sécheresse, rides), des cheveux secs, des caries, un arrêt de la croissance chez les enfants et adolescents, des infections respiratoires, de la fatigue, de la nervosité, des troubles digestifs (diarrhée), des anomalies du développement de l’embryon.

 

Les sources de vitamine A : fruits et légumes, abats et poissons.

 

Les aliments les plus riches en vitamine A : huile de foie de morue 85000 UI/100g, foie de boeuf, foie de porc 25000, foie de veau 22500, pissenlit 13600, carotte 12000, épinard 9400, persil 8000, gruyère, cresson 4000, melon 3420, beurre 3300, endive, abricot, jaune d’oeuf 3000, anguille 2000, oeuf entier cru 1140, camembert 1020, crème, tomate 1000, pêche 880, haricot vert 800, sardine 710, germe de blé 650, orange, myrtille 200, lait de vache, yaourt 140, pomme de terre 20.

 

Astuces : ajoutez du persil dans vos sauces et dans vos crudités. Mangez chaque jour des légumes de couleurs : tomate, carotte, aubergine… et choisissez-les avec des couleurs vives !

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine B1

 

Vitamine hydrosoluble non stockée dans le corps dont la consommation journalière est donc indispensable.

 

La vitamine B1 est indispensable à l’assimilation du sucre et à son utilisation par les cellules, donc permet la fourniture d’énergie au corps. Elle intervient aussi dans la transmission de l’influx nerveux.

 

En cas de carence, vous risquez : un amaigrissement (perte d’appétit), une fatigue importante, une irritabilité importante, des troubles de l’humeur (dépression), des troubles de la vue, des problèmes de concentration et de mémoire, des pertes d’équilibre, des troubles digestifs, des palpitations, des problèmes cardiaques, une polynévrite, des troubles du sommeil.

 

Les sources de vitamine B1 : céréales complètes, viande de porc, certains légumes.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B1 : levure de bière 10-20mg/100g, germe de blé 10-20, viande de porc, jambon, pois sec 3, haricot blanc, abat 1, foie, lentille, noix, noisette, amande 0,5, pain complet, jaune d’oeuf 0,3, viande de boeuf, saumon 0,2, chou, banane, carotte, champignon, languiste, oeuf entier, prune 0,2, volaille 0,1.

 

Astuces : saupoudrez vos crudités, féculents ou yaourts de levure diététique.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine B2

 

Vitamine hydrosoluble non stockée dans le corps dont la consommation journalière est donc indispensable.

 

La vitamine B2 active de nombreuses enzymes intervenant dans le métabolisme des graisses, des protéines et des sucres ainsi que dans leur transformation en énergie. Elle stimule la croissance et permet la régénération des organes, de la peau et des muqueuses. Elle permet une meilleure fixation du fer et la protection de la vision. Elle permet une meilleur utilisation des vitamines B6 et B9. Enfin elle régule l’équilibre intestinal.

 

En cas de carences, vous risquez : des troubles gastro-intestinaux et digestifs (entérite), des lésions oculaires, des lésions de la peau (inflammation des lèvres, dermatites) et des muqueuses (inflammation de la langue, inflammation de la muqueuse buccale), cheveux et ongles ternes et cassants, un manque de tonus et des crampes.

 

Les sources de vitamine B2 : produits laitiers, viandes et oeufs.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B2 : levure sèche 5mg/100g, levure de boulangerie, germe de blé, foie de veau 3, rognon 2, amande 0,70, noisette, lait de brebis, jaune d’oeuf, cacao 0,50, cèpe 0,40, maquereau 0,35, anguille 0,30, lentille 0,25, canard, hareng 0,24, haricot sec 0,22, endive, asperge 0,20, betterave, chou de Bruxelles 0,16, lait de vache, farine de blé 0,15, steak, jambon 0,10.

 

Astuces : ajoutez des graines oléagineuses dans vos salades, ou remplacez votre matières grasses du matin par une petite poignée de ces mêmes graines.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine B3 ou PP

 

Vitamine hydrosoluble de l’énergie qui peut-être fabriquée par l’organisme via le tryptophane

 

La vitamine B3 joue un rôle dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides, puis facilite leur transformation en énergie. Elle permet la fabrication des globules rouges, favorise la circulation sanguine et le transport d’oxygène vers les cellules, enfin elle limite les risques d’accidents vasculaires et cardiaques.

 

En cas de carence, vous risquez : perte d’appétit, aphtes, gingivite, apathie, tristesse, fatigue, maux de têtes, vertiges, insomnie, anxiété, confusion, dépression, érythème, photosensibilité, troubles digestifs, et troubles nerveux.

 

Les sources de vitamine B3 : poissons, viandes, foie, céréales.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B3 : levure de bière 36,3mg/100g, levure boulangère 28,2, foie de veau 17, cacahuète 16, lapin 12,6, thon rouge 10,8, dinde 8, saumon 7, mouton 6, boeuf, canard, cèpe 5, germe de blé, riz entier, farine complète de blé, amande 4,6, jambon, sardine 4, datte, haricot sec, lentille, petit pois, soja, pâte 2.

 

Astuces : consommez au maximum des féculents à base de farine complète, et consommez-en à chaque repas.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine B5

 

Vitamine hydrosoluble présente dans de nombreux aliments.

 

La vitamine B5 est un constituant essentiel de la coenzyme A jouant un rôle majeur dans de nombreuses opérations vitales. Elle permet la transformation des lipides et des glucides en énergie et participe à la synthèse des graisses. Elle joue donc un rôle dans la croissance et la lutte contre les infections. Enfin elle contribue à la vitalité des cheveux et des ongles et aide à la cicatrisation.

 

En cas de carence, vous risquez : perte d’appétit, troubles cutanés (ulcération, alopécie), troubles digestifs (douleurs abdominales, nausées, vomissements, douleurs gastriques), douleurs dans les jambes et les bras (fourmillements, engourdissements, crampes), spasmes musculaires, dégénérescence neuro-musculaire et graisseuses du foie, troubles nerveux (fatigue, maux de tête, irritabilité, dépression), troubles de la croissance chez les enfants.

 

Les sources de vitamine B5 : viandes et équivalents.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B5 : levure 25mg/100G, jaune d’oeuf 7, foie 6, abats 3, germe de blé 1,5, viande 1, poisson, lait, huître 0,35.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)

La vitamine B6

 

Vitamine hydrosoluble souvent associée au magnésium dont elle améliore l’action.

 

La vitamine B6 participe au métabolisme des protéines en activant la fabrication des globules rouges et la synthèse de la sérotonine. Elle renforce aussi les systèmes immunitaires et nerveux et atténue le syndrome prémenstruel.

 

En cas de carence, vous risquez : troubles digestifs (perte d’appétit, anorexie, vomissements), troubles cutanés (érythème, ulcérations, dermites, inflammation de la langue), troubles nerveux (vertiges, convulsions, polynévrites), troubles psychiques (irritabilité, nervosité, confusion, dépression), troubles sanguins (anémie), problèmes au niveau du foie, calculs rénaux, troubles de la croissance et baisse de l’immunité.

 

Les sources de vitamine B6 : poissons, abats, viandes.

 

Les aliments les plus riches en vitamine B6 : levure de bière 5mg/100g, levure de boulanger, foie de veau 1,2, noix, saumon 1, langue de boeuf, maquereau, soja 0,70, poulet, boeuf 0,50, porc, veau, lentille, hareng 0,45, crabe 0,35, banane, cacahuète 0,32, haricot blanc 0,28, riz 0,15, carotte 0,12, datte, ananas, raisin, bière 0,10.

Quelles vitamines, pour quels maux ? (partie 1)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Vos aliments
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 14:53

Les suppléments « thermogéniques » non stimulants

 

Le calcium : des études ont montré en 2000 qu’une consommation plus importante en calcium permettait de perdre plus de graisse et de maintenir la masse maigre. D’autres études s’opposent à ces résultats, en sachant que les études de 2000 ont été financées par l’industrie laitière, et ne trouvent aucune relation entre l’évolution corporelle et l’apport en calcium. Cependant si une consommation plus importante de calcium est combinée à une diminution calorique et à un effort physique l’utilisation des graisses comme énergie est meilleur que sans le calcium et permet ainsi une meilleure stabilisation du poids. Au delà de la perte de poids, le calcium permet tout de même de diminuer, voir même d’empêcher la perte de masse osseuse. Cette conclusion n’est pas à prendre à la légère, de nombreuses études montrent que lors d’un régime l’assimilation du calcium n’est pas bonne, il faut donc augmenter les apports (via l’alimentation, ou la supplémentation).

 

Le guggulstérone : aurait un effet stimulant sur la thyroïde, chez le rat ! Peu d’études ont été effectuées sur l’homme, l’une d’entre elle a montré qu’une supplémentation importante en guggulstérone et en phosphate combinée à un régime et à un programme sportif permettait d’éliminer plus de graisse que sous placébo. Cependant l’effet de cette plante sur les hormones thyroïdiennes semble toutefois controversé et reste encore peu claire.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

La L-carnitine

 

La carnitine permet l’oxydation des graisses en les transportant vers les organes les transformant en énergie. Ainsi la supplémentation en carnitine semble augmenter la part des graisses utilisées comme énergie mais ne se traduit pas part une perte de poids effective. Les études montrant une perte du pourcentage de masse grasse lors d’une supplémentation en carnitine est effective dans le cadre d’un programme sportif. Cependant une restriction calorique importante risque d’abaisser le niveau de carnitine naturel, la supplémentation ne fera ainsi que seconder les efforts sportifs effectués. Enfin cette supplémentation pourrait produire un effet délétère sur la production d’hormone thyroïdienne et donc être contre productif pour la perte de poids !

 

Les acides gras essentiels

 

L’apport de graisses dans le cadre d’une alimentation équilibrée est primordiale, tout comme dans le cadre d’un régime ! En effet les besoins en oméga 3 semble augmenter pendant un régime car notre corps les utilise comme énergie. Ainsi une étude montre qu’une prise quotidienne de 6g d’huile de poisson (riche en oméga 3) tout en mangeant normalement favorise la perte de graisse. Enfin une autre étude montre que l’augmentation des acides gras polyinsaturés  facilite l’usage des graisses comme carburant.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

Les antioxydants

 

Les études montrent qu’un régime hypocalorique combinée à une activité physique permet   une perte de poids plus efficace que dans le cadre d’une activité physique seule ou d’une régime seul. Cependant il semblerait que l’activité physique entraînant la production de radicaux libres limite la réponse thermogénique, ce qui pourrait être contrecarrer par une prise d’antioxydant.

 

La vitamine C : permet d’augmenter l’efficacité du travail musculaire, de reculer la fatigue et de réguler le niveau de carnitine dans le sang (ce qui améliore son efficacité). Mais cela n’est vrai que dans le cas d’une activité physique !

 

Les coupe-faim

 

L’aspartame : édulcorant à base d’acides aminés qui va se transformer en aspartate, phénylalanine (utilisé comme coupe-faim) et méthanol après ingestion. Cet édulcorant est souvent utilisé dans les aliments associé à de la maltodextrine (sucre complexe), ainsi l’aspartame est aussi calorique que le sucre mais possède un pouvoir sucrant bien plus important il est donc utilisé en moins grande quantité. L’usage de l’aspartame tendrait à diminuer l’appétit mais pas pour tout le monde ! L’action de l’aspartame se faisant ressentir rapidement, il vous sera facile de savoir si vous y répondez ou non. Ainsi l’aspartame pourrait aider à la perte de poids durant un régime, mais après 1 an la reprise de poids pourrait s’élever à 2,6kg et après 2 ans à 4,6kg (études de 1997). En outre des études plus récentes ont montré que l’aspartame bloquerait une enzyme intestinale pouvant prévenir le diabète, l’obésité et le syndrome métabolique (ensemble de signes physiologiques augmentant le risque de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et d’accident vasculaire cérébral).

 

L’HCA ou acide hydroxycitrate : extrait d’écorce de Garcinia Cambogia qui empêcherait la transformation et le stockage des sucres en graisses, et qui augmenterait la sérotonine au niveau du cerveau ce qui diminuerait l’appétit. Les effets seraient réels sur la perte de poids des souris, mais reste très aléatoires chez les hommes. En effet selon les études on trouve une augmentation de l’oxydation des graisses et une perte de poids supérieur avec la prise de HCA contre un placebo, ou aucun effet du tout !

 

Le vinaigre : une étude datant de 1995 a montré que l’ajout de de vinaigre à 50g de glucides sous forme de pain blanc réduirait les élévations de glycémie et d’insuline et une augmentation de la satiété. Ajouter du vinaigre en assaisonnement serait donc une bonne idée.

 
Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)

Les réducteurs d’absorption calorique

 

L’idée de ces produits est d’entraver l’absorption des graisses et des sucres rapides. Cela permettrait ainsi d’ingérer à volonté des aliments « interdits ». Cependant ces compléments manquent cruellement d’efficacité et ne peuvent assurer une véritable perte de poids. Il est sûrement plus efficace de rééquilibrer son alimentation et de faire attention aux quantités de graisses et de sucres rapides.

 

Les bloqueurs d’absorption des graisses

 

Le chitosan : extrait de carapaces de crustacés, agissant comme une fibre, il fixerait les graisses et empêcherait ainsi leur absorption. De rares études montrent une perte de poids effectives, la plupart des études montreraient un résultat négligeable, il faudrait utiliser du chitosan plus d’un an pour perdre du poids.

 

Le thé vert : une étude de 2000 montrerait que le thé vert pourrait agir contre l’absorption des graisses en inhibant l’activité des liasses responsables de la digestion des lipides.

 

Les crèmes à action locale

 

Certaines crèmes permettent une perte de 1cm de diamètre suite à 28 jours d’application, d’autres ne seraient efficaces que pour 3 femmes sur 35 selon les études. Ces crèmes présentent plusieurs problèmes :

  • Reprise de centimètre rapide après l’arrêt de leur utilisation.
  • Évacuation locale d’eau plus que de graisses.
  • L’utilisation d’une crème hydratante va réduire l’effet peau d’orange.
  • L’effet peau d’orange réapparaît rapidement après l’arrêt de leur utilisation.
  • Toutes les études ne sont pas d’accord sur leur efficacité.
  • Le coût de ces crèmes est assez élevé.
  • Des allergies et problèmes cutanés peuvent apparaître.
Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 2)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 16:34

N’avez-vous jamais vu à la télé, dans un magasine, dans la vitrine d’une pharmacie une publicité ventant les mérites d’un produit miracle vous permettant de brûler vos graisses, d’éliminer la culotte de cheval, de vous faire perdre 3kg par semaine… Mais que contiennent ces produits ? Sont-ils vraiment efficaces ? Quelles sont leurs actions ?

Nous allons tenter de faire le tour des principaux compléments en répondant à ces questions principales.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

La perte de poids, comment ça marche ?

 

Dans un premier temps tous les régimes sont efficaces pour vous faire perdre du poids, cependant il ne faut pas confondre perte de poids et perte de masse grasse ! En effet l’intérêt d’un régime réside dans l’élimination de vos stocks de graisse et non de vos muscles. Au départ d’un régime la restriction calorique induira mécaniquement une perte de poids via la vidange du système digestif et l’élimination des réserves de glycogène et d’eau contenue dans les muscles. Après les premières semaines, cela devient plus difficile.

 

Pour éliminer les graisses, il est nécessaire de mobiliser les graisses en sortant de leur réserve, les acides gras vont alors circuler dans le sang puis être utilisés comme carburant par le foie et les muscles où ils seront oxydés (transformés en énergie). Le facteur limitant de la perte de poids réside donc dans cette transformation des acides gras en énergie, d’utiliser plutôt les lipides que les glucides ou les protéines en énergie. Si le corps n’y parvient pas, s’en suivra fatigue, augmentation de la faim et perte de masse musculaire.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

Les problèmes des régimes

 

Diminution du métabolisme : le manque d’énergie engendré par les régimes entraîne une diminution des dépenses énergétiques : la diminution du métabolisme. Le corps se protège de ce manque d’énergie en réduisant la production d’hormone thyroïdienne qui réduit la température corporelle et donc limite encore l’utilisation calorique et ainsi la perte de poids !

Les solutions proposées par les compléments : plantes thermogéniques pour réactiver le métabolisme.

 

Utilisation réduite des graisses : les catécholamines, au cours d’un régime, agissent sur les récepteurs adrénergiques pour mobiliser les graisses. Plus le régime avance, moins la sécrétion de ces catécholamines est importante. Ce qui se traduit par de la fatigue, mais la reprise d’une activité physique va permettre de relancer la sécrétion de ces hormones et ainsi contrer le problème.

Les solutions proposées par les compléments : plantes thermogéniques pour favoriser la sécrétion de ces hormones.

 

Augmentation de l’appétit : au cours des régimes, peut s’installer de la fatigue et de l’irritabilité, l’appétit grandit ! Situation difficile à gérer qui explique bien souvent l’échec de nombreux régimes et responsable de carences en micronutriments.

Les solutions proposées par les compléments : supplémentation en vitamines et minéraux.

 

Perte de masse maigre : les études rapportent qu’une diminution des apports énergétiques de 40% entraîne une perte de poids se situant majoritairement dans la masse musculaire et la masse osseuse, et cela d’autant plus chez les femmes que chez les hommes.

Les solutions proposées par les compléments : prise de calcium et de protéines.

 

Déséquilibre acido-basique : la mobilisation des acides gras va augmenter l’acidité du sang, et ce d’autant plus dans le cadre d’un régime hyperprotéiné (la prise massive de protéine va aussi acidifier le sang). Ce milieu acide va diminuer l’élimination des graisses et favoriser la fonte musculaire.

Les solutions proposées par les compléments : bicarbonate de sodium pour équilibrer le pH sanguin.

 

Troubles cardiovasculaires : la réduction calorique et l’augmentation des protéines peut augmenter la concentration d’homocystéine, un acide aminé souffre dont l’augmentation est un facteur de risque cardiovasculaire.

Les solutions proposées par les compléments : prise de vitamine B6, B9 et B12 pour diminuer cette hormone.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)

Les stimulants thermogéniques 

 

Les stimulants suivants sont conseillés, pour être efficaces dans le cadre d’une activité physique régulière. En effet cette dernière permet d’entrainer le corps à oxyder les lipides en priorité et permet de bloquer les récepteurs alpha 2 adrénergiques et les récepteurs d’adénosine qui peuvent empêcher la mobilisation adipeuse et donc réduire l’utilisation prioritaire des lipides comme énergie.

 

La caféine : augmente le métabolisme de base, augmente la température corporelle et aide à la mobilisation et à l’oxydation des graisses. Cela est d’autant plus vrai chez les sujets jeunes et chez les sportifs. Mais attention à l’élévation de la fréquence cardiaque.

 

Le maté : proche de la caféine, la matéine présente l’avantage de ne pas élever la fréquence cardiaque tout en augmentant l’oxydation des graisses mais sans augmenter la dépense énergétique. On combine ainsi la prise de maté avec le guarana qui permettra d’augmenter la dépense calorique en diminuant l’oxydation des graisses. Ainsi la combinais des deux plantes favorise la vidange gastrique et réduit la digestion et donc l’envie de manger. Les études montrent qu’une prise combinée pendant 45 jours permet une perte de poids, au delà le poids se stabilise.

 

Le thé vert : ressemble dans ses effets à la caféine. Les catéchines expliquent l’action thermogénique et anti-graisse du thé vert. Cependant il semble plus intéressant d’utiliser en même temps de la caféine et des cathéchines ou du thé vert avec du guarana pour augmenter la dépense énergétique. Plusieurs études mettent cela en évidence avec une perte de poids de 4,6% sur 3 mois chez des sujets obèses, cependant chez des femmes en surpoids suivant un régime, la prise de thé vert n’augmente pas la perte de poids par rapport au placébo. Cela est peut-être dû à l’augmentation de l’appétit causée par le thé vert.

Des compléments alimentaires pour la perte de poids ? (partie 1)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 10:00

Suite à l’article « Planifier ses menus, une question d’organisation », je vous propose quelques idées pour vous aider à remplir ce planning sur une semaine !

Planning de repas pour votre famille
Planning de repas pour votre famille
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Votre santé
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 10:00

Vous êtes nouveaux parents ? Vous souhaitez améliorer l’alimentation du petit dernier ? Vous ne savez pas à quel moment démarrer la diversification alimentaire ? Cet article est fait pour vous ! Je vous propose, dans les grandes lignes, ce à quoi devrait ressembler l’alimentation de votre nourrisson de ces premiers jours de vie jusqu’à sa première année. Pour les années qui suivent, je vous invite à lire les articles suivants : « L’alimentation des enfants de 1 à 6 ans » et « Les bonnes portions dans l’assiette de votre enfant ».

 
La journée alimentaire de votre bébé

De 0 à 4 ou 6 mois 

 

  • Allaitement maternel exclusif

OU

  • Eau de source ou eau peu minéralisée accompagnée de lait 1er âge

 

 

De 4 ou 6 à 7 mois

 

  • Lait maternel : 2 à 3 biberons répartis matin et soir

OU

  • Eau de source ou peu minéralisée accompagnée de lait 2ème âge : 2 à 3 biberons répartis matin et soir

 

Déjeuner :

  • Viande, oeuf ou poisson mixé : 10 à 15g
  • Légumes en purée (petit pot ou maison)
  • Produit laitier (fromage ou yaourt)
  • Fruit cuit ou compote

 

Collation :

  • Produit laitier : lait maternel, lait 2ème âge, yaourt
  • Fruit
  • Pain, biscuit
La journée alimentaire de votre bébé

De 8 à 12 mois

 

Petit-déjeuner :

  • Lait maternel

OU

  • Biberon de 240ml de lait 2ème âge

 

Déjeuner :

  • Viande, oeuf ou poisson : 15 à 20g
  • Pâtes, semoule, riz, céréales ou pomme de terre
  • Légumes cuits légèrement mixé
  • Fruit ou compote

 

Goûter :

  • Lait maternel

OU

  • Biberon de lait 2ème âge

OU

  • Yaourt

ET

  • Fruit ou compote
  • Pain, biscotte, biscuit…

 

Dîner :

  • Lait maternel

OU

  • Biberon 150ml de lait 2ème âge accompagné de légume en soupe

OU

  • Purée de légume et produit laitier

 

A partir de 12 mois

 

Petit-déjeuner :

  • Lait maternel

OU

  • 240ml de lait de croissance

ET

  • Céréales dans le biberon

OU

  • Biscotte complète ou pain complet ou céréales du petit-déjeuner
  • Jus de fruit ou compote

Déjeuner :

  • Viande, oeuf ou poisson : 30g
  • Féculents + noisette de beurre ou 1 c.à.c d’huile
  • Légumes crus ou cuits
  • Produit laitier : fromage ou yaourt ou petit suisse
  • Fruit ou compote

 

Collation :

  • Produit laitier
  • Fruit
  • Biscuit ou pain ou biscotte

 

Dîner :

  • Lait maternel

OU

  • 150ml de lait de croissance

ET

  • Soupe de légumes
  • Pain ou céréales dans la soupe
  • Fruit ou compote
La journée alimentaire de votre bébé
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Votre santé
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 10:00

Pour cuisiner un minimum

 

Petit-déjeuner :

  • Lait, pain complet, beurre, confiture, pomme.
  • Café au lait, jus de fruits, biscotte complète, beurre, miel.
  • Café noir, yaourt, kiwi et pain suédois complet.

 

Déjeuner :

  • Tomates en salade, raviolis, fromage blanc, fruit au sirop.
  • Salade composée : semoule complète, tomate, oeuf dur ;  yaourt aromatisé, compote.
  • Sandwich : pain aux céréales, beurre, jambon, tomates, salade, tranche de gruyère ; banane.

 

Dîner :

  • Soupe de petits pois, pain grillé, jambon cuit, fromage blanc, compote.
  • Pizza (sauce tomate, jambon, champignon, gruyère), salade verte, mandarine.
  • Salade verte, thon, sauce au yaourt, pain, fruit.
Des idées de repas (partie 2)

Vous avez des invités pour le dîner

 

Petit-déjeuner :

  • Thé, fromage blanc, banane, pain complet.
  • Boisson cacaotée, pain de mie complet, beurre, jus de fruits.
  • Café au lait, biscotte aux céréales, confiture, compote.

 

Déjeuner :

  • Pain, sardine, tomate, yaourt, compote.
  • Pomme de terre cuite à l’eau, fromage blanc aux herbes, jambon blanc, fruit.
  • Lentilles en salade, haricots verts cuits, sauce tomate, blanc de poulet, yaourt, fruit.

 

Dîner : 

  • Salade verte, lasagne : viande, tomates, champignons et gruyère ; mousse à l’orange.
  • Canapé au gruyère, salade verte, poisson sauce champignon, riz, poireau, salade de fruits.
  • Salade : tomate, maïs, concombre ; quiche aux fromages et dès de jambon, fruits au sirop et petits gâteaux.
Des idées de repas (partie 2)

Vous prenez votre déjeuner à l’extérieur

 

Petit-déjeuner :

  • Lait, pain suédois complet, beurre, miel, orange.
  • Jus de fruits, boisson cacaotée, pain aux céréales, beurre, confiture.
  • Café, pain complet, compote, yaourt nature, sirop d’érable ou crème de marron.

 

Déjeuner :

  • Sandwich : pain complet, fromage frais à tartiner, jambon cru, concombre, tomate ; clémentine.
  • Salade composée : riz, tomate, maïs, thon ; yaourt aromatisé, compote.
  • Pâtes à la bolognaise, gruyère, compote.

 

Dîner :

  • Soupe de légumes, omelette aux jambon et fromage, fruit.
  • Poireau et pomme de terre avec sauce au fromage, blanc de poulet, pomme.
  • Soupe de légumes, salade composée : pomme de terre, blanc de dinde, dès de gruyère , tomate ; fruit au sirop.
Des idées de repas (partie 2)
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Vos aliments Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 10:00

Après la période des fêtes, il arrive bien souvent que l’on trouve son alimentation beaucoup moins festive et gourmande qu’il y a quelques jours ou quelques semaines. On se retrouve bien souvent sans inspiration avec une tendance à se tourner vers la facilité, des plats plus gras et plus sucrés. Je vous propose donc un peu d’inspiration dans les quelques lignes qui suivent !

 
Des idées de repas (partie 1)

Le petit-déjeuner

 

Traditionnel : Lait cacaoté, jus de fruits, tartine de pain complet accompagnée de beurre et de confiture/miel

 

Gros appétit ou longue matinée de travail : céréales complètes et lait, fruit entier, tartine de pain complet accompagnée de beurre et de miel, café ou thé.

 

Salé : fromage, pain suédois complet accompagné de beurre, oeuf ou jambon, compote, café,

 

Petit appétit : jus de fruits, yaourt, tranche de pain de mie accompagné de beurre, eau.

 

Pour les pressés : biscuit aux céréales complètes ou biscuit du petit déjeuner, yaourt à boire, jus de fruits ou compote à boire, eau.

 

Cuisiné : salade de fruits, riz ou semoule au lait, thé ou café.

Des idées de repas (partie 1)

Le déjeuner

 

Le déjeuner doit comprendre 5 éléments : protéines (viande, poisson, oeuf, charcuterie), féculents (pomme de terre, pain, riz, bâtes, céréales…), légumes, fruits et produits laitiers (yaourt, fromage, lait…) + une matière grasse pour la cuisson ou l’assaisonnement.

 

  • Abats, riz complet, carottes cuites, fromage blanc et pomme.
  • Boeuf bourguignon, pomme de terre, poireaux cuits, yaourt aromatisé et poire.
  • Salade de crudités, filet de lieu noir, ébly, gruyère et kiwi.
  • Salade de tomate et mozzrella, oeuf dur, pâtes complètes cuites et compote.
  • Gratin d’endive au jambon, pain et compote.
  • Carotte râpée, lentille et saucisse, yaourt nature et pomme.
Des idées de repas (partie 1)

La collation

 

En tartine :

  • Lait et pain complet accompagné de confiture.
  • Eau, yaourt et pain complet accompagné de miel.
  • Eau, fruit et pain complet.
  • Eau, pain complet et fromage.
  • Eau, pain complet et chocolat noir.
  • Boisson cacaoté, pain complet et beurre.

 

Aux céréales :

  • Eau, yaourt à boire et biscuit aux céréales complètes.
  • Eau, fruit, pain d’épice.
  • Céréales du petit-déjeuner et lait.

 

Cuisinée :

  • Eau et pain perdu.
  • Jus de fruit et riz ou semoule au lait.
  • Crêpe à la confiture ou au miel.

 

Fruitée :

  • Eau et banane.
  • Lait aromatisé et fruits secs.
  • Eau et fruits secs.
  • Eau et fromage blanc mélangé à la compote.
Des idées de repas (partie 1)

Le dîner

 

Il comprend, comme pour le déjeuner, 5 éléments mais en quantité moins importante et en évitant les matières grasses (cuisson et assaisonnement).

 

  • Salade de concombre et sauce au yaourt, haricot rouge, thon et compote.
  • Salade de lentille et oeuf dur, pain, fromage et pomme cuite.
  • Salade d’endive, dès de jambon, dès de gruyère et noix, pain et orange.
  • Soupe de potiron et fromage blanc, pâtes complètes, blanc de dinde et mandarine.
  • Flan de légumes, riz complet et compote.
  • Salade verte, oeuf à la coque, pain, fromage blanc et salade de fruits.
Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Trucs et astuces Vos aliments Votre santé
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 10:00

Il faut l’avouer, bien souvent l’alimentation des adolescents demeure déséquilibrée. Entre les fast-foods, le grignotage, les sodas, la « mauvaise » nourriture de la cantine, les sorties et le refus d’écouter ses parents, nombreux sont les facteurs entraînant ce déséquilibre alimentaire. Malheureusement c’est lors de cette période que les adolescents « peaufinent » leur croissance et ont des besoins en énergie et en micro nutriments les plus importants.

 

Je vous propose ainsi un menu type à présenter à vos adolescents pour leur permettre de manger équilibré et varié pour rester en forme tout au long d’une journée de cours sans fatigue, déconcentration, fringale et tout en grandissant correctement.

Le repas type de votre adolescent

Les besoins nutritionnels (en Kcal) des adolescents vont varier en fonction du sexe et de l’âge :

Le repas type de votre adolescent

Sur le menu type suivant je vous propose des quantités allant d’un menu à 2100 Kcal à 3100 Kcal, les plus petites quantités pour le menu le moins calorique et inversement.

 

Le petit-déjeuner :

 

. Fruit frais : 1 à 2 gros fruit (pomme, orange, poire) ou 2 à 4 petits fruits (kiwi, clémentine)

ou

. Jus de fruit non sucré : 1 petit ou 1 grand verre (125 à 200g)

Ou

. Compote sans sucre ajouté : 1 à 2 compotes

 

. Yaourt ou fromage blanc : 1 petit-suisse (60g) à 1 yaourt (125g)

Ou

. Lait demi-écrémé : 1 petit ou 1 grand bol (180 à 320g)

Ou

. Fromage : 1 portion (25 à 45g)

 

. Pain (pas de pain blanc) ou pain de mie ou biscotte : 3 à 8 tranches (60 à 160g)

Ou

. Céréales : 1 petit ou 1 grand bol (60 à 160g)

Ou

. Biscuit du petit-déjeuner : 3 à 6 biscuits

 

. Beurre : 5 à 20g

Ou

. Margarine : 5 à 20g

Ou

. Fruits oléagineux : 1 petite à 1 grande poignée (15 à 40g)

 

. Confiture : 1 à 3 c.à.c (12 à 36g)

Ou

. Miel : 1 à 3 c.à.c ( 12 à 36g)

Ou

. Cacao : 1 à 3 c.à.c (12 à 36g)

 

. Eau, thé, café

Le repas type de votre adolescent

Le déjeuner :

 

. Crudités : 1 petite ou 1 grande assiette (180 à 320g)

Ou

. Salade verte : à volonté

Ou

. Légumes cuits : 1 petite ou 1 grande assiette (180 à 3230g)

 

. Poisson : 1 petite ou grande portion (80 à 140g)

Ou

. Viande blanche : 1 petite ou grande portion (70 à 130g)

Ou

. Viande rouge : 1 petite ou grande portion (60 à 120g)

Ou

. Oeuf : 1 à 3 oeufs

Ou

. Charcuterie maigre : 1 petite ou grande portion (50 à 120g)

Ou

. Charcuterie grasse : 1 petite ou grande portion (50 à 120g)

 

. Pâtes complètes oui semi-complètes : 1 petite ou grande portion (160 à 300g)

Ou

. Riz complet ou semi-complet : 1 petite ou grande portion (160 à 300g)

Ou

. Céréales : 1 petite ou grande portion (160 à 300g)

Ou

. Légumes secs : 1 petite ou grande portion (160 à 300g)

Ou

. Pomme de terre : 1 petite ou grande portion (160 à 300g)

 

. Pain : 1 à 4 tranches (20 à 80g)

 

. Yaourt ou fromage blanc : 1 petit-suisse à 1 yaourt (60 à 125g)

Ou

. Dessert laitier (crème dessert, entremet, riz au lait…) : 1 portion (100g)

Ou

. Fromage : 1 petite ou 1 grande portion (15 à 30g)

 

. Fruit frais : 1 à 2 gros fruits ou 2 à 4 petits fruits

Ou

. Compote sans sucre ajouté : 1 compote

Ou

. Fruit au sirop : 1 portion (100g)

Ou

. Dessert au fruit : 1 petite ou grande portion (60 à 130g)

 

. Matières grasses : 10 à 30g

 

. Eau : 1 à 4 verres

 

 

La collation :

 

. Fruit frais : 1 à 2 petits fruits ou 1 gros fruit

Ou

. Compote sans sucre ajouté : 1 compote

Ou

. Jus de fruit non sucré : 1 petit verre (100 à 130g)

 

. Lait demi-écrémé : 1 petit verre (100 à 130g)

Ou

. Yaourt : 1 petit-suisse ou 1 yaourt

Ou

. Fromage : 1 petite à 1 moyenne portion (15 à 30g)

 

. Pain : 1 à 3 tranches (20 à 60g)

Ou

. Céréales : 1 petit bol (60 à 100g)

Ou

. Biscuit peu sucré : 1 à 3 biscuits

Ou

. Chocolat : 1 barre (20 à 30g)

 

. Eau : 1 à 3 verres

Le repas type de votre adolescent

Le dîner :

 

. Crudités : 1 petite à 1 moyenne portion (80 à 160g)

Ou

. Salade : à volonté

Ou

. Légumes cuits : 1 petite à 1 moyenne portion (80 à 160g)

Ou

. Potage : 1 petit à 1 grand bol (140 à 300g)

 

. Poisson : 1 petite à 1 moyenne portion (60 à 90g)

Ou

. Viande blanche : 1 petite à 1 moyenne portion (60 à 90g)

Ou

. Charcuterie maigre : 1 petite à 1 moyenne portion (60 à 90g)

Ou

. Oeuf : 1 à 2 oeufs

 

. Pâtes complètes oui semi-complètes : 1 petite à 1 moyenne portion (100 à 180g)

Ou

. Riz complet ou semi-complet : 1 petite à 1 moyenne portion (100 à 180g)

Ou

. Céréales : 1 petite à 1 moyenne portion (100 à 180g)

Ou

. Légumes secs : 1 petite à 1 moyenne portion (100 à 180g)

Ou

. Pomme de terre : 1 petite à 1 moyenne portion (100 à 180g)

 

. Pain : 1 à 2 tranches (20 à 40g)

 

. Yaourt ou fromage blanc : 1 petit-suisse à 1 yaourt (60 à 125g)

Ou

. Fromage : 1 petite ou 1 grande portion (15 à 30g)

 

. Fruit frais : 1 à 2 gros fruits ou 2 à 4 petits fruits

Ou

. Compote sans sucre ajouté : 1 compote

 

. Matières grasses : 5 à 15g

 

. Eau : 1 à 4 verres

Repost 0
Nutrition-pour-le-bien-être-et-la-performance dietetique-pour-le-bien-etre-et-la-performance - dans Votre santé Trucs et astuces
commenter cet article